in

Agen. Daniel Borie : “Fonteneau a-t-il fait le vide au SUA ou ce sont les résultats ?”

En marge d’un long entretien paru mercredi drnier et consacré à son canton du Fumélois où il est élu, le vice-président du conseil départemental de Lot-et-Garonne en charge des sports, Daniel Borie, s’est aussi exprimé à propos de l’impact de la pandémie sur le monde sportif lot-et-garonnais et sur la situation du SUA. Comme de coutume, il ne fait pas dans la dentelle.

Que pense le vice-président du conseil départemental en charge des sports, de ce qu’il se passe, ou plutôt de ce qu’il ne se passe plus sur les terrains et dans les salles de sport, en raison de la pandémie ?

Je suis très triste. On avait plaisir à ouvrir La Dépêche du Midi tous les lundis pour regarder les résultats. Et maintenant, c’est une rubrique qui a quasiment disparu. J’ai beaucoup de compassion par rapport à tous ces joueurs qui ont laissé leurs tenues aux vestiaires. S’entraîner pour rien c’est compliqué. Je crains que certaines structures aient du mal à relancer la machine quand l’heure de la reprise viendra. Certains joueurs en fin de carrière ne rechausseront pas les crampons. C’est frustrant car on a perdu de la vie dans nos villages. Pour retrouver des bénévoles, déjà qu’on avait du mal, cela risque aussi d’être compliqué.

Quel regard portez-vous sur le club phare du département le SUA qui vit une saison très compliquée ?

Je suis dépité. Je suis supporter et je le resterais quel que soit le niveau où le SUA évoluera, en l’occurrence la Pro D2 la saison prochaine. Mais je ne sais pas ce qui se passe au SUA, si ce sont les joueurs, le staff ou les dirigeants, mais il y a quelque chose qui ne tourne plus rond dans ce monde ovale. Il y a un gros loupé. Ce qui m’interpelle, c’est de voir que beaucoup de partenaires s’en vont. Je ne sais pas si Monsieur Fonteneau a fait le vide autour de lui ou s’il s’est fait naturellement en raison de la pandémie et des mauvais résultats. Le changement d’entraîneurs n’a pas redonné de dynamique. Les joueurs tiennent tout juste une heure. C’est incompréhensible. Et pour suivre la Pro D2 le jeudi soir à la télé, je me rends compte que la saison prochaine sera très difficile. Avec l’équipe d’aujourd’hui, je ne pense pas que le SUA aura une véritable carte à jouer.

“On a fait un chèque en blanc de 225000 euros au SUA pour des prestations qui n’ont pas existé”

Il y a souvent eu des débats sur le fait que le conseil départemental ne donnait pas assez d’argent au SUA. Quel est votre avis personnel sur ce sujet ?

Le conseil départemental n’a pas à privilégier un club plus qu’un autre. Les élus départementaux, quand on assiste aux assemblées générales d’autres clubs sportifs, on se fait rentrer dedans car on donne toujours trop au SUA. En vérité, les clubs lot-et-garonnais on les subventionne et le SUA on lui achète des prestations. C’est ce qu’on a fait encore cette saison tout en sachant que cette saison ces prestations ne seraient pas honorées. On a vraiment fait un chèque en blanc au SUA d’un montant de 225000 euros. Ce n’est pas anodin. Nous avions des actions de valorisation de produits agricoles, des achats de place pour les assos caritatives, des abonnements pour le personnel et les élus. Et s’entendre dire qu’on ne fait pas assez, je veux bien, mais on représente 0,4 % du budget du SUA, même si on le doublait ou on le triplait on serait “peanuts” par rapport aux besoins en argent de ce club. Il faut qu’il se retourne vers des structures privées. On avait mis du “réseautage” pour créer des contacts avec des entreprises. Malheureusement on se rend compte que depuis de longs mois aucune victoire n’est engrangée sur le pré d’Armandie. Et ce n’est pas l’absence du public qui fait défaut car ils perdaient même quand il y avait du public.

Et pour le stade Armandie, quelle est votre position ?

Si le Département a abondé à hauteur d’un million d’euros ce projet, ce qui n’est jamais assez, surtout pour les élus de l’Agenais, c’était surtout parce qu’il y avait des travaux à faire par rapport à des normes imposées pour le Top 14. Sauf qu’en Pro D2 ces normes-là n’existent plus. Il faut savoir aussi que cet argent-là servait aussi à remettre aux normes des installations municipales, puisque le stade appartient à la commune d’Agen. Cela a fait débat, car n’importe quelle commune aurait pu demander que ses installations municipales soient subventionnées par le Département comme on l’a fait pour la ville d’Agen. Ce traitement est inégalitaire. En termes d’équité, au Département, on ne peut pas faire plus pour les uns que pour les autres.

Lire la suite…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Fumel. Rugby : L’USVL 47 pleine d’ambition pour la prochaine saison !

Toulouse lorgne Barassi, Lyon attentif sur Thomas