in

Carcassonne. Georgy Gambaro : l’ambition au service de l’efficacité

l’essentiel
À son plus jeune âge, Georgy Gambaro pratiquait la natation dans un club carcassonnais, en compagnie de Lucas Albert. Quelques mois après que celui-ci a délaissé les bassins pour les vertes pelouses sur lesquelles l’on jouait au rugby, Georgy a décidé de suivre le même chemin pour rejoindre les rangs de la MJC XIII. Bien des années plus tard, après un passage par les Dragons Catalans, Barrow et Palau, Georgy Gambarro est de retour cette saison à Carcasonne XIII.

Georgy Gambaro a trouvé au sein de Carcassonne XIII les structures nécessaires à son plein épanouissement sportif. Cet attaquant polyvalent possède plus d’une corde à son arc. Actuellement en seconde position au classement des marqueurs d’essais de l’Élite, il compte bien terminer la saison sur la plus haute marche du podium.

Quel a été votre itinéraire rugbystique jusqu’à votre retour à Carcassonne ?

J’ai découvert la discipline à la MJC XIII au sein de laquelle j’ai suivi toutes les filières, avant de rejoindre l’Académie des Dragons Catalans à 16-17 ans. J’y ai fait une belle saison avec les U19. J’avais même signé un contrat professionnel avec le club. Malheureusement, une blessure aux lombaires, ayant entraîné une opération, m’a tenu éloigné des terrains pendant plusieurs semaines. Quand je suis revenu, j’avais besoin de temps de jeu. J’ai donc demandé à être prêté à Barrow qui évoluait en Championship. De retour en France, je devais retrouver les Dragons, mais les choses se sont passées autrement et j’ai dû chercher un club en Élite. Comme j’étais à Perpignan, Palau a répondu présent. J’y ai passé deux saisons et me voilà maintenant à Carcassonne afin de boucler la boucle.

Vous avez évoqué cette grave blessure aux lombaires en 2017. Qu’en reste-t-il aujourd’hui ?

Aujourd’hui, je n’ai pas de séquelles. Mais je garde toujours cette blessure dans un coin de la tête ? Car elle a nécessité pas mal de rééducation et beaucoup de renforcement au niveau du dos. Je dois donc travailler encore ces points-là. Toutefois, cela ne m’empêche pas de toujours donner le maximum pendant les matchs.

Après cette blessure, vous avez été prêté à Barrow, Qu’avez-vous retiré de cette expérience en Championship ?

Le club était intéressé pour que je reste car mon profil leur plaisait. Je venais de faire 19 ans et il était prévu qu’ensuite je revienne chez Dragons pour signer un contrat et jouer avec les U23. C’est une expérience dont je retire quand même du positif même si cela a été compliqué car je revenais de blessure et il fallait que je fasse ma place au sein de l’équipe. Quand on est français, c’est toujours difficile mais, comme il y a eu beaucoup de blessés, j’ai pu avoir ma chance. J’ai disputé dix matchs sur onze. J’ai marqué, j’ai fait de bonnes prestations et j’ai retrouvé du temps de jeu. Pour tout ça, cette expérience a été bénéfique car c’était un défi que je m’étais lancé et elle m’a permis de me remettre à niveau.

En venant à Carcassonne, avez-vous trouvé ce que vous étiez venu chercher en partant de Palau. C’est-à-dire une structure un peu plus professionnelle ?

Tout à fait. Déjà, aujourd’hui, nous sommes en tête du classement alors qu’à Palau c’était toujours un peu plus compliqué. Nous avons un groupe qui est beaucoup plus compétitif comme le montrent nos résultats. Le club dans son ensemble est beaucoup mieux structuré. Je cherchais un club ambitieux et plus professionnel qui me permette de franchir personnellement un palier. À Carcassonne, j’ai exactement trouvé ce que je cherchais.

En raison des intempéries et du report de la réception de Toulouse à Domec, votre équipe a disputé son dernier match Limoux. Un derby assez frustrant pour un ailier ?

Nous avons voulu défier Limoux défier devant. Donc, au niveau des trois-quarts, nous n’avons pas eu trop de ballons. Comme, de plus, les conditions n’étaient pas favorables, ce n’était vraiment pas un match pour les attaquants. En rugby, on n’a rien inventé : si le pack avance, le ballon peut arriver aux ailes. À l’inverse…

Après le derby, vous aviez bénéficié d’un tour de repos bienvenu. Mais le fait d’enchaîner un second week-end sans jouer ne peut pas être préjudiciable pour le rythme, alors que l’équipe était sur une bonne dynamique ?

Le week-end de repos dont nous avons bénéficié après le déplacement à Limoux nous a fait beaucoup de bien car ce derby a été très physique. Le report de la réception de Toulouse ne change pas grand-chose car nous avons compensé par une charge d’entraînement beaucoup plus lourde cette semaine. De plus, cette coupure permettra à certains blessés de réintégrer le groupe.

À défaut d’avoir pu recevoir Toulouse, le prochain opposant de Carcassonne XIII sera Albi qui vient de s’incliner sur sa pelouse face à Lézignan. Un déplacement à haut risque pour votre équipe ?

Se déplacer à Albi n’est jamais une partie de plaisir. Contre les Tarnais, c’est toujours compliqué car ils ne lâchent rien. Et comme ils restent sur une défaite à domicile… Mais j’ai entièrement confiance en notre groupe qui va faire le nécessaire pour ramener la victoire.

Vous figurez à l’heure actuelle en deuxième position au classement des marqueurs d’essais avec huit réalisations. Soit quatre de moins que Thomas Lacans (qui a toutefois disputé un match de plus). Terminer en tête est un challenge qui vous tient à cœur ?

Très honnêtement, au début de la saison, je ne me posais même pas la question. Puis, quand j’ai vu le classement, je me suis dit : “pourquoi pas ?”. C’est un défi que veut relever. Si pour l’heure je suis second, je veux à tout prix terminer premier.

Vous suivez actuellement une formation de coach sportif. Comment se passent les choses ?

Effectivement, je suis une formation de coach sportif à l’USAP dans le cadre d’un contrat d’apprentissage avec un camping. C’est un métier passionnant qui correspond tout à fait à ce que j’aime.

Georgy Gambaro a été formé à la MJC et nous souhaitions vivement le rapatrier à Carcassonne. Joueur d’avenir, il est doté d’un physique avantageux (1,86 m pour 86 kg) et est extrêmement véloce, adroit et doué techniquement.

Il est aussi bien capable d’évoluer à l’aile qu’au centre. C’est un redoutable finisseur qui a déjà inscrit 8 essais en 8 matches, il s’épanouit dans cette équipe et démontre qu’il est l’un des tout meilleurs à son poste. En défense, il sait bien lire les attaques adverses et couper une offensive à bon escient. Il doit encore améliorer sa défense individuelle mais s’affirme de match en match. À tout juste vingt-deux ans, il a encore une grande marge de progression. Il emmagasine du temps de jeu et de l’expérience et pourrait devenir régulièrement l’un des meilleurs marqueurs du championnat.

Et, pourquoi pas, prendre une place dans le prochain squad de l’équipe de France…

Lire la suite…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Gimont. Les joueurs sortent le masque

Carcassonne. Billet Tonton