in

Carcassonne. L’école d’arbitres de l’USC renaît de ses cendres

l’essentiel
L’association USC poursuit sa structuration. Si les arbitres de l’USC ont actuellement le sifflet coupé, Covid oblige, le club nourrit un projet visant à les mettre en valeur.

A l’instar de l’essentiel des sportifs, la crise sanitaire réduit tout autant la majorité des référés au silence. La quasi-totalité des compétitions suspendues, hormis pour le monde professionnel (Top 14 et Pro D2), la Nationale, et Reichel-espoirs, les hommes en noir sont donc en inactivité. Mais si comme tout un chacun, ils subissent la situation, s’ils prennent leur mal en patience, ils n’en demeurent pas moins sur la brèche. Les six arbitres estampillés USC, Tom Morin, Florent Bruez, Aurélien Fontez, Vincent Garcia, Yohan Trichaud et le plus illustre des leurs, Bruno Gabaldon (qui exerce ses missions en Top 14 et Pro D2), se retrouvent tous les lundis soir, essentiellement en visioconférence et en étroite collaboration avec la ligue Occitanie, pour travailler à leurs fonctions.

Toujours assidûment et méticuleusement. Tant est si bien d’ailleurs qu’en cette période particulière, le Président Alain Macchion a souhaité les choyer et leur témoigner leur affection au nom de l’association en leur offrant une dotation. D’autant qu’il leur sera prochainement confié une mission plus importante encore au sein de la structure.

“Promouvoir l’arbitrage nous semblait nécessaire”, affirme Mehadji Tidjini, le responsable sportif de l’association et Directeur du centre de formation. “Cela permet aussi à des joueurs de rester dans le monde du rugby par le biais d’une autre filière, de voir l’envers du décor et d’avoir un œil extérieur sur leur pratique. Ça fait même naître des vocations.”

Dès la saison prochaine, une école de l’arbitrage va donc renaître de ses cendres au pied de la Cité et sera incorporée au pré-centre de formation. “Je veux que dans le cursus de ces jeunes, il y ait l’obligation de participer à cette école de l’arbitrage afin d’amener dans leur parcours une autre corde à leur arc.” Et les féminines ne devraient pas être en reste ! Cette école sera dirigée par Tom Morin, talonneur des Reichel-espoirs de l’USC, et supervisée par l’inamovible Bruno Gabaldon, avec bien évidemment l’aide du quatuor Bruez, Fontez, Garcia et Trichaud.

Si l’engagement minimum de cinq arbitres est indispensable pour la locomotive carcassonnaise instrumentant au deuxième échelon national, les responsables uscéistes veulent assurément solidifier ce pan de leur structure. Passé par la formation tarbaise, arrivé à l’USC la saison dernière, Tom Morin (19 ans) s’est initié à l’arbitrage il y a quatre ans alors qu’il instrumentait en cadets, avant de faire une pause de deux ans afin de se consacrer à ses études (Bac pro viticulture œnologie à Riscle). “J’ai déjà dirigé une quinzaine de matches en cadets, juniors et réserves séries. J’ai donc replongé même si, compte tenu de la crise sanitaire, nous sommes actuellement à l’arrêt. Et je ne cache pas que c’est difficile. Nous piaffons d’impatience que tout reprenne.”

Actuellement en BTS viticulture œnologie à Charlemagne, Tom Morin dévoile les objectifs fixés. “Dès la saison prochaine, nous souhaitons former des jeunes du pré-centre de formation, du centre de formation, mais aussi des minimes, cadets, juniors ou espoirs. L’idéal serait d’en sortir le plus possible afin de se faire connaître dans toute la France. Dix, ce serait déjà pas mal. Faire connaître les règles, les expliquer, telle sera aussi notre mission. Cela permet notamment d’être plus raisonné lorsqu’on est joueur.”

Lire la suite…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Mauvezin. L’école de rugby labellisée

Le SUA recrute un deuxième ligne géorgien pour deux ans