in

Castres. Urdapilleta atomise Montpellier

Pour une fois, pas besoin d’ergoter sur l’homme du match de ce Castres-Montpellier. Auteur de 33 points, soit deux essais, quatre transformations et cinq pĂ©nalitĂ©s, sans oublier quelques gestes de classe, Benjamin Urdapilleta a crevĂ© l’écran. L’ouvreur argentin, qui a fĂŞtĂ© ses 34 ans le 11 mars, a rĂ©alisĂ© une prestation “maradonesque”.

Son début de soirée avait pourtant mal débuté avec ce dégagement contré de Rory Kockott, cafouillé par lui-même. Martin, qui rôdait par là, s’est saisi de l’aubaine en poussant son action au pied pour aplatir après seulement 8 minutes de jeu. Loin de se décourager, l’Argentin, l’un des rares à surnager dans un ensemble castrais très quelconque durant une demi-heure, a vite redressé la barre en inscrivant un bel essai sur un coup de pied hasardeux de Rory Kockott bonifié dans les airs par Geoffrey Palis (21).

“Un bonheur de battre ce record”

À ce moment-là, le CO, pénalisé à dix reprises en première mi-temps, était loin de maîtriser son sujet et les deux équipes laissaient à Urdapilleta et à Paillaugue le soin d’alimenter un chassé-croisé à suspense. Jusqu’à ce 16-17 pour le MHR qui s’annonçait à la pause.

Sauf qu’à la sirène, sur un bon lancement en fond de touche, Barlot, Kockott, Botitu et Dumora ont envoyé Nakosi inscrire son sixième essai de la saison.

Un premier coup de massue suivi par un autre, Kockott permettant au CO sur un contre copie conforme de l’essai montpelliérain de faire le break moins de vingt secondes après la reprise. Le tournant du match.

Comme assommé, le MHR a été saoulé de coups au point de prendre un cinglant 31-0 sans jamais pouvoir contester le bonus offensif décroché par le CO et la suprématie d’un Urdapilleta chambreur.

“C’est un bonheur de battre ce record. Plus vieux je suis, plus costaud je suis. C’est un message pour le prĂ©sident qui ne voulait pas me faire signer pour deux ans. Je vais le voir, lĂ  il n’a plus d’excuse…”

castres 48 – montpellier 17

MT : 23-17 ; huis clos ; arbitre : M. Raynal (Pays Catalan)

Vainqueurs : 5E Urdapilleta (21, 63), Nakosi (40), Kockott (41), Guillemin (67) ; 4T (21, 40, 41, 67), 5P (7, 26, 35, 45, 53) Urdapilleta

Vaincus : 1E Martin (8) ; 4 P Paillaugue (13, 17, 30, 37)

Évolution du score : 3-0, 3-5, 3-8, 3-11, 10-11, 13-11, 13-14, 16-14, 16-17, 23-17/30-17, 33-17, 36-17, 43-17, 48-17

CASTRES : Dumora ; Palis (Guillemin, 65), Combezou, Botitu (Cocagi, 65), Nakosi (o) Urdapilleta, (m) Kockott (cap.) (Fernandez, 60) ; Kornath (Babillot, 45), Ardron (Delaporte, 76), Delaporte (Kornath, 76) ; Vanverberghe (Pieterse, 66), Pieterse (Jacquet, 45) ; Hounkpatin (Tierney, 60), Barlot (Ngauamo, 60 ; Barlot, 78), Tichit (De Benedittis, 60)

MONTPELLIER : Immelman (Rattez, 18) ; Martin, Reilhac, Serfontein, Rattez (Ngandebe, 18) (o) Reinach (Lozowski, 59), (m) Paillaugue (cap) ; Camara, Du Plessis (Timu, 68), Ouedraogo ; Capelli (Chalureau, 45), Van Rensburg ; Chillachava (Lamositele, 48), Delhommel (Guirado, 48), Forletta (Fichten, 48).

Rempl. tempo. : Capelli par Chalureau (3-6, saignement)

Exclu. tempo. : Chalureau (60, brutalité)

La note : 14/20 – L’homme du match : Benjamin URDAPILLETA (Castres)

Lire la suite…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

L’UBB facile face au Stade Français

Le Racing a tremblé