in

Colomiers a les clés mais reste sous pression

l’essentiel
À trois journées de la fin de la phase régulière, les jeux sont quasiment faits pour la qualification. Pour le maintien en revanche, ils sont encore quatre à pouvoir accompagner Soyaux-Angoulême en Nationale.

> Demi-finales

L’issue ne faisait pas de doute, elle est désormais mathématiquement validée : Vannes et Perpignan sont qualifiés pour les demi-finales, qu’ils disputeront à domicile. Un point seulement séparant les deux équipes, l’enjeu (relatif) des trois derniers rendez-vous sera donc de déterminer qui finira en tête. Avantage aux Catalans à qui il reste deux réceptions au programme, dont celle des Bretons lors de l’ultime journée.

> Barrages

On y voit plutôt clair. Sauf catastrophe, l’une des deux places de barragiste à domicile est promise à Biarritz, qui compte neuf longueurs d’avance sur la 5e place et bénéficie d’un calendrier favorable. Derrière, Colomiers a pour l’instant la main mais va devoir cravacher dur pour conserver son rang, Oyonnax maintenant la pression en ne pointant qu’à un succès des hommes de Julien Sarraute et Fabien Berneau, dont on espère qu’ils ne regretteront pas ce point de bonus offensif qu’ils ont laissé échapper en fin de match dans le derby face à Montauban.

Toujours est-il qu’avec 12 points d’avance sur Nevers, grand perdant du week-end après son revers à domicile face aux Haut-Bugistes, le club a la colombe est quasiment certain d’être au rendez-vous des phases finales. Un rendez-vous face aux “Oyomen” se dessine mais il reste à savoir où se disputera ce match couperet : Michel-Bendichou ou Charles-Mathon.

Derrière ce duo, Grenoble, parti de très loin, a confirmé hier qu’il faudrait compter avec lui. En décrochant un succès précieux à Valence-Romans, le FCG s’est clairement positionné comme le sixième candidat à la montée en Top 14. Il est même capable, sur sa lancée, de s’offrir un déplacement moins lointain que la Côte basque en barrage.

Nevers devrait hélas voir de nouveau le train partir sans lui, à moins qu’une vague de Covid chez un qualifié ne vienne lui permette d’être repêché.

> Maintien

Pour chercher un véritable suspense dans cette fin de saison, c’est vers le bas qu’il faudra se tourner, avec une lutte acharnée pour le maintien. Si Carcassonne, Béziers, Montauban et Mont-de-Marsan sont désormais tranquilles, et que Soyaux-Angoulême a vu ses derniers espoirs s’envoler dans le Cantal, de Rouen (12e) à Valence-Romans (15e), en passant par Aurillac et Provence Rugby, tout reste encore à faire, cinq points séparant les quatre formations. Les Drômois, qui ont vu leur dynamique brisée par leurs voisins isérois, sont en ballottage défavorable (à Montauban, contre Nevers, à Oyonnax). Mais en se rendant tour à tour à Biarritz puis Colomiers, avant un baisser de rideau à Jean-Alric contre les Aixois (qui visiteront Rouen avant de recevoir Montauban), les Aurillacois pourraient se faire peur jusqu’à la dernière journée. Quant aux Normands, malgré un calendrier délicat (ils termineront contre Perpignan et à Biarritz), leur marge de cinq unités semble suffisante. Et s’ils ne veulent rien devoir à personne, il leur suffit de s’imposer vendredi lors de la réception des Provençaux.

Lire la suite…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Saint-Martin-Lalande. Le projet de poulailler partagé avance bon train

Narbonne : un mal pour un bien ?