in

Le CO prend ses distances

On ne pouvait pas parler de match au sommet, hier au stade Pierre-Fabre, les deux Ă©quipes en prĂ©sence occupant le bas du tableau, mais en termes d’enjeux, il aurait mĂ©ritĂ© le qualificatif. Le Castres Olympique n’ignorant pas que la notion de “maison” ayant perdu de sa valeur, et qu’il ne bĂ©nĂ©ficierait pas de l’appui de ses supporters pour remonter un score, il Ă©tait indispensable de ne pas laisser les Bayonnais s’installer dans le match Ă  l’entame. Pourtant, vu l’importance de cette partie, le round d’observation, avec le traditionnel gagne terrain au pied a durĂ© 5 longues minutes. Ensuite les Castrais sont venus s’installer dans les 22 m visiteurs. Ils ont su tenir le ballon et patienter encore 5 minutes et aprĂšs avoir bĂ©nĂ©ficiĂ© d’une pĂ©nalitĂ© jouĂ©e Ă  la main, GaĂ«tan Barlot a trouvĂ© le chemin de l’en-but. Le CO a retentĂ© la mĂȘme manƓuvre 3 minutes plus tard pour rĂ©compenser Ă  nouveau sa domination territoriale, mais les Basques ont su faire front. Le CO a donc pris le match par le bon bout, en faisant preuve d’une grosse activitĂ© pour conserver le ballon et en imposant son rythme. HĂ©las, Ă  l’issue d’un ballon portĂ© bayonnais, un joueur castrais a commis un en-avant volontaire. Dans un premier temps Monsieur Chalon a exclu LoĂŻc Jacquet avant de se raviser et d’attribuer le Carton jaune Ă  Vaipulu. Rien de trĂšs inquiĂ©tant dans la mesure oĂč le “14” castrais a dĂ©jĂ  dĂ©montrĂ© qu’il savait gagner en infĂ©rioritĂ© numĂ©rique. Ainsi le CO a poursuivi son travail de sape et l’occupation qui a permis Ă  Urdapilleta d’ajouter 3 points. Puis coup de poignard dans la dĂ©fense basque, un ballon rĂ©cupĂ©rĂ© sur la ligne, dans un ruck, Kockott alerte le petit cĂŽtĂ© et Nakosi casse 2 plaquages avant d’aller aplatir au petit trot. On est Ă  la demi-heure de jeu le CO mĂšne 17 Ă  0 et l’addition paraĂźt mĂȘme lĂ©gĂšre en regard de la domination tarnaise. Mais les Bayonnais n’ont pas baissĂ© pavillon, un cavalier seul de Ravouvou amĂšne l’Aviron dans les 22 castrais, le CO se met Ă  la faute et sur la pĂ©naltouche le ballon portĂ© basque fait mouche avec le capitaine Arnaud Duputs Ă  la conclusion. La sirĂšne de la mi-temps a sonnĂ© quand le CO bĂ©nĂ©ficie Ă  nouveau d’une pĂ©nalitĂ© toujours jouĂ©e Ă  la main et Vaipulu marque aprĂšs une seule passe. 24 – 7 Ă  la pause, le score semble confortable pour les Tarnais.

Encore un rouge

Toutefois, les Bayonnais reviennent sur le terrain avec les intentions revigorĂ©es. Et ils sont logiquement rĂ©compensĂ©s de leurs efforts avec un essai transformĂ© qui les ramĂšnent Ă  10 points du CO. De surcroĂźt, Maama Vaipulu hĂ©rite d’un nouveau carton jaune Ă©quivalent d’un rouge, le CO va terminer la partie en infĂ©rioritĂ© numĂ©rique Ă  partir de la 55e. Les Castrais vont devoir serrer les rangs. Chose faite, les coups de boutoirs assĂ©nĂ©s par l’Aviron sont maĂźtrisĂ©s et le CO parvient Ă  maintenir la pression dans le camp visiteur et cherche mĂȘme le bonus offensif en prĂ©fĂ©rant les pĂ©naltouches aux points au pied. La confiance est rĂ©compensĂ©e Ă  une poignĂ©e de minutes de la sirĂšne. L’essai bayonnais de derniĂšre seconde restera anecdotique. Le CO a signĂ© hier une victoire d’autant plus apprĂ©ciable qu’elle a lieu face Ă  un rival direct. Le ciel se dĂ©gage pour le club castrais, mais la discipline devra ĂȘtre soignĂ©e.

Lire la suite…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Pro D2 : l’US Carcassonne, la preuve par quatre

Jacquet : “On doit rester plus froid”