in

Luzech. Marie-Rose, doyenne de Sauzet, a 99 ans

Marie-Rose Delon vient de fĂȘter ses 99 ans. Connue par le surnom de Mamie Rose, elle nous prĂ©vient d’emblĂ©e : “Je suis sourde comme un pot, mais j’entends ce que je veux”. Cela se rĂ©vĂ©lera exact pendant la rencontre, tout comme son caractĂšre joyeux et facĂ©tieux.

NĂ©e Ă  la Courounelle, Ă  Trespoux, elle est allĂ©e Ă  l’école de la RoziĂšres oĂč son parcours scolaire a Ă©tĂ© exemplaire : Ă  12 ans elle termine premiĂšre du canton au certificat d’études. DĂšs son plus jeune Ăąge, elle suivait sa maman dans les maisons oĂč celle-ci venait cuisiner. C’est ainsi qu’elle a rencontrĂ© son futur mari, avec qui elle a travaillĂ© dans la ferme aprĂšs leur mariage : comme bien des femmes de la campagne, elle s’occupait Ă  la fois des travaux des champs, du mĂ©nage, de la cuisine, du jardin, tout se levant Ă  4 heures pour traire les vaches.

La guerre n’a pas Ă©tĂ© pour elle une pĂ©riode facile : son Ăąge lui permettait de mettre son Ă©nergie au service des autres (accueil de rĂ©fugiĂ©s). MalgrĂ© l’interdiction faite par les Allemands, le fournil fonctionnait la nuit et permettait d’ajouter du pain aux paniers qu’elle livrait Ă  vĂ©lo au maquis avec les produits de la ferme. Elle n’hĂ©sitait pas Ă  se lever trĂšs tĂŽt pour assister aux largages des parachutes au-dessus du champ d’aviation vers Bagat. La Torpille, un rĂ©sistant, lui a offert un parachute, geste qui l’a touchĂ©e. En excellente couturiĂšre, elle lui a donnĂ© une deuxiĂšme vie en se confectionnant un chemisier.

Durant de longues annĂ©es, aprĂšs son veuvage en 1978, elle a participĂ© Ă  de nombreux voyages dans le cadre du Cercle de l’amitiĂ© dont elle a Ă©tĂ© une prĂ©sidente active et trĂšs estimĂ©e.

À prĂ©sent, elle aime toujours les mots, jeux Ă  la tĂ©lĂ©, scrabble avec ses aides Ă  domicile mots flĂ©chĂ©s et lecture. Toujours passionnĂ©e par la vie, elle ne s’autorise pas Ă  donner des conseils de vie. Elle se dit “choyĂ©e comme le lait sur le feu”, entourĂ©e par ses deux filles et leurs familles (trois enfants, neuf petits-enfants et treize arriĂšre-petits-enfants). Un de ses rĂȘves reste un vol en avion. Qui sait ce que l’avenir lui rĂ©serve ? En attendant, notre doyenne se promĂšne quand le temps le permet sur la route du Mas De Garrit portant quelques gĂąteries Ă  l’ñne du coin.

Lire la suite…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Cagnac-les-Mines. Rugby CBMR : les plus jeunes sont sur le pré

Villefranche-de-Rouergue. Labellisation FFR pour l’école de rugby XV