in

Montauban. “On se perd le match nous-mêmes”

Florent Wieczorek (entraîneur) : “Le sentiment pour moi, c’est énormément de déception et de frustration. Nous sommes très déçus parce que je pense que c’était un match à notre portée. On a certainement été trop indisciplinés. La statistique qui fait mal, c’est 18 pénalités contre nous contre 7 pour Carcassonne. Je veux bien que l’on ait fait beaucoup de fautes, mais c’est la première fois que cela nous arrive. On a pris plus de pénalités sur ce match en mêlée que depuis le début de l’année sur l’ensemble des matchs. C’est l’appréciation de l’arbitre et des juges de touches. Je suis assez surpris. Je trouve que nous avons été toutefois consistants. On tourne à 13 à 10 et on ne parvient pas à gagner. Il faut que l’on comprenne que l’on ne peut pas gagner un match à l’extérieur en encaissant autant de pénalités et en prenant trois cartons jaunes. Toutefois ce n’est pas un coup d’arrêt. On avait côché ce match et on repart avec zéro point sur un match qui était à notre portée”.

Jérôme Bosviel (capitaine) : “Nous étions venus chercher la victoire. On a fait une bonne première mi-temps contre le vent. On s’est un peu menti en deuxième mi-temps. On n’a pas su tenir le ballon et on s’est mis sous pression. C’est dommage parce que lorsqu’on tenait le ballon on leur faisait mal. Il faut se remettre en question et tout faire pour aller chercher quelque chose à Mont-de-Marsan. On y a cru jusqu’au bout, par des conditions météorologiques difficiles. On aurait pu gagner à la fin mais je ne sais si cela aurait été mérité sur ce que l’on a fait en deuxième mi-temps sur la première certainement. On se perd le match nous-mêmes”.

Jean-Claude Maillard (président) : “A la mi-temps, on pouvait espérer, puis nous n’avons pas joué en deuxième période. C’est assez incompréhensible. Avec un peu de chance on aurait pu espérer ramener un point de bonus. À la vue de la deuxième mi-temps le résultat est justifié”.

Christian Labit (entraîneur de Carcassonne) : “On essaye d’avoir de la continuité quand on le peut. On s’est retrouvé sur notre point fort la conquête et un peu moins derrière. Il était difficile de se faire trois passes, même si je crois que nous en avons fait plus qu’eux. C’est un match où tu joues avec la peur tant que le score n’est pas fait”.

Lire la suite…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Montauban. Les Sapiacains manquent encore une belle occasion

Castelsarrasin. David Zamuner : “On devait écrire une belle histoire”