in

Pro D2 : la défense de l’US Montauban ne répond plus présent

l’essentiel
Depuis les trois  succès consécutifs (à Mont-de-Marsan, contre Rouen et à Aurillac), le parcours de l’ USM est celui d’un relégable avec cinq défaites en six matchs et cinq points marqués, soit une moyenne de 0,83. Et une défense qui prend l’eau avec 193 points encaissés …

La méthode Coué a parfois des bienfaits. Peut-elle s’adapter à la situation des Sapiacains en cette fin de saison ? On aimerait y croire mais franchement on peut en douter. Après quatre défaites de rang la réaction de la première période à Soyaux-Angoulême pouvait laisser augurer de belles choses. Il n’en fut finalement rien et les verts et noirs n’ont dû leur salut qu’à des incroyables échecs au pied des Charentais. Mais seule la victoire est belle en cette période. Soit.

À Colomiers, une nouvelle fois les Sapiacains n’étaient pas si déçus que ça grâce à une belle réaction en fin de partie. Soit. Avec un peu plus de réussite et surtout en lâchant beaucoup moins de ballons, les Columérins auraient dû être beaucoup plus largement en tête à la pause (et ils en étaient déjà à près de trente points inscrits). Non, les Montalbanais ne peuvent absolument pas se satisfaire de leurs deux dernières prestations. À Bendichou, on n’a vraiment pas eu l’impression de voir une équipe qui jouait sa peau en Pro D2, complètement amorphe et mangée dans tous les secteurs face à une équipe haut-garonnaise totalement au-dessus du lot. Une équipe haut-garonnaise qui s’est sans doute sabordée en seconde période, permettant un sursaut d’orgueil des Tarn-et-Garonnais.

Le rendez-vous de l’année contre Valence-Romans

Vendredi, le rendez-vous face à Valence-Romans est donc officiellement celui du maintien après la défaite des Drômois chez eux dans le derby face à Grenoble dimanche. Quatre-vingts minutes pour passer, enfin, à autre chose, quatre-vingts minutes pour montrer autre chose. Aussi faudra-t-il que la défense soit au rendez-vous. Et force est de constater que quand vous encaissez 30 points de moyenne par match sur les six dernières sorties (193 au total), compliqué de s’imposer. Alors, oui, il y a du spectacle avec l’USM (133 points marqués dans le même temps). Mais si le rugby commence devant il impose aussi de bien défendre. Et dans ce secteur, l’USM est aujourd’hui très mal classée avec la 13e défense sur 16 (660 points encaissés contre 666 pour Provence rugby, 672 pour Soyaux-Angoulême, et 683 pour Valence-Romans).

Quant on y regarde d’un peu plus près l’USM est également l’équipe qui a encaissé le plus grand nombre d’essais avec 70, quand les deux avant-derniers, Soyaux et Valence, en sont à 66. Oui, il y a vraiment péril en la demeure dans ce secteur, et notamment en ce qui concerne les ballons portés. Sans grande défense, les Montalbanais ne pourront pas rivaliser. Des Montalbanais qui ont retrouvé de belles couleurs avec l’entrée de Kelly Meafua à Colomiers. On attendait son retour et on a vu que l’on pourrait compter sur lui dans le money-time de la saison ; la troisième ligne qui pourra également compter sur Luke Stringer, auteur d’un essai vendredi soir mais aussi sans aucun doute le meilleur sapiacain sur l’ensemble de la partie. Et que dire de Tom Richard ; le talent du joueur est réel, il l’a démontré une nouvelle fois à Colomiers. Cette rencontre était également l’occasion de voir le grand retour en tant que titulaire de Thomas Fortunel ; force est de constater que le joueur titularisé à l’arrière n’a peut-être pas été mis dans les meilleures dispositions pour s’exprimer.

À revoir à l’ouverture ? Sans une réussite à Angoulême, les Sapiacains en seraient à six défaites consécutives et sûr que ce matin la sonnette d’alarme serait tirée. La mobilisation générale doit donc être décrétée. Vendredi, il ne faudra pas se satisfaire des erreurs des autres mais bel et bien se réjouir de sa propre prestation.

Signature du talonneur Kévin Firmin

Même avant l’heure cela semble désormais possible du côté de l’USM. Après l’arrivée de Fred Quercy, le club a annoncé ce dimanche la signature du Castrais Kévin Firmin. Son arrivée en tant que joueur supplémentaire est effective depuis ce dimanche et il était d’ores et déjà à l’entraînement hier lundi. Originaire de Normandie Kevin Firmin, 28 ans, commence sa carrière en pro au Stade toulousain. Il passera par la Section Paloise, et y remportera le championnat de France de Pro D2 en 2015, avant d’enchaîner les matchs à l’US Dax en Pro D2 entre 2015 et 2017. Il signera ensuite au Castres olympique et retrouve ainsi le Top 14. Il sera même de la finale de championnat de 2018 au Stade de France remportée par le club tarnais, rentrant en jeu à la 59e minute. À son palmarès s’ajoute plus de 42 matchs en Pro D2, 27 en Top 14 et 13 en compétitions européenne.

 

Lire la suite…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Mourad de Toulon: “Pour Clermont, le dossier Azéma est en passe de devenir le dossier Eczéma”

Carnet noir. Le SUA a perdu sa 9e étoile avec le décès de Marie Pérucho