in

Pro D2 : l’US Carcassonne vraiment mal récompensée

l’essentiel
Les Carcassonnais ont poussé l’USAP dans ses derniers retranchements, vendredi. Après une grosse occasion d’essai à trois minutes de la fin puis une pénalité renvoyée par le poteau à la sirène, ils sont sortis de ce derby d’Occitanie la tête haute, mais avec des regrets aussi.

On leur annonçait l’enfer et leur promettait une correction. Il n’en fut rien ! Bien au contraire. L’USAP s’en tire même plutôt à bon compte. Se croyant peut-être plus beaux qu’ils ne sont, en négligeant les points au pied au profit de paris hypothétiques par temps de pluie, dominés en touche, globalement “muselés” en attaque, connaissant une fin de rencontre compliquée, les Catalans ont senti le vent du boulet jusqu’à la sirène… Et ce poteau de dernière minute trouvé par Romuald Séguy, sans lequel l’USC serait revenue d’Aimé-Giral avec un point de bonus défensif mérité.
Vendredi, malgré une équipe remaniée, Carcassonne a sérieusement contrarié le dauphin de Pro D2 qui a dû quasiment s’en remettre à deux exploits personnels pour se sortir du piège audois. Tout comme au match aller, perdu à Domec (23-26), les partenaires de l’ex-Usapiste Raphaël Carbou, exceptionnellement promu capitaine pour son retour sur ses « terres », peuvent même nourrir de sérieux regrets. Avec un brin de réussite, que ce soit sur l’occasion d’essai de Mikesell (77e) ou sur les deux tentatives de pénalités lointaines de Seguy (70e et 80e), ils auraient pu réussir l’exploit de cette 19e journée.  « On s’est “viandé”  !  Je regrette le bonus défensif. Un point, c’est important dans ce championnat. Ça aurait symbolisé tout le cœur qu’on y a mis », résumait, à chaud, le talonneur carcassonnais. 

« Un collectif qui fonctionne bien »

À quelques pas de lui, le son de cloche était quasiment identique dans la bouche de Christian Labit, le manager de l’USC :  « S’il est frustrant de ne pas prendre sur un poteau le bonus défensif qui était mérité, le contenu de notre match est plutôt positif. Je suis surtout un peu déçu de la gestion dans les moments où l’on a le ballon et que l’on franchit la ligne des 50 m. Ce qu’il y a de positif, c’est que, quel que soit le joueur, il rentre dans le système. C’est un collectif qui sait fonctionner même quand il manque des joueurs clés  ».
Malheureusement, et c’est là que le bât blesse, les plus cartésiens concluront que pour la sixième fois consécutive, malgré un investissement sans faille, l’USC revient bredouille d’Aimé-Giral. Dommage, d’autant que sur les autres terrains de Pro D2, les résultats de cette 19e journée lui ont été favorables, avec, notamment, les défaites à domicile de Rouen, Mont-de-Marsan et Aurillac. Tant et si bien, qu’à ce jour, au classement britannique, l’USC (- 2) devance à présent Aurillac et Béziers (- 4), Rouen (- 7), Mont-de-Marsan (- 8), Valence-Romans (- 9) et Soyaux-Angoulême (- 13). Une marge certes intéressante, mais loin d’être suffisante pour se permettre traîner en route. Les “Canaris” doivent  absolument remettre la marche avant dimanche prochain à Domec face à Biarritz (17 h 15) devant les caméras de Canal+ Décalé.

Lire la suite…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

REPLAY. Six Nations : des Bleus réalistes vainqueurs de l’Irlande (13-15)

Top 14 : l’Union Bordeaux-Bègles facile face au Stade Français