in

SC Albi : Jérémy Russell, l’âge de la maturité

l’essentiel
Aujourd’hui âgé de 26 ans, Jérémy Russell arrive au pic de sa carrière. Maître à jouer du SCA depuis maintenant trois ans, il a encore franchi un cap cette saison et sera un des leaders du groupe jaune et noir.

À première vue, le gabarit imposant de Jérémy Russell ne laisse pas facilement deviner le demi d’ouverture qu’il est. Fort de son mètre quatre-vingt-quinze et ses 95 kg, “il se rapproche plus d’un troisième ligne ordinaire” comme il l’avoue ironiquement. Pourtant, cela fait maintenant trois saisons que l’ancien Agenais dicte le rythme des attaques du SCA avec le numéro dix dans le dos.

Arrivé à l’âge de 23 ans sur les bords du Tarn, le joueur formé au Stade Montois est en perpétuelle progression sous l’œil de Jérémy Wanin, l’entraîneur des trois-quarts albigeois. Seul véritable demi d’ouverture de métier au sein de l’effectif jaune et noir, il enchaîne les matchs avec une régularité notable. “Cette saison j’ai réellement franchi un cap au niveau de ma gestion des rencontres avoue l’intéressé. Arnaud (Méla) et Jérémy (Wanin) prônent le style de jeu que j’adore, cela me permet de prendre du plaisir sur le terrain.” Pouvant balancer un long jeu au pied de plus de cinquante mètres tout comme relancer depuis sa ligne, Jérémy Russell met très souvent les défenses adverses à rude épreuve. Kévin Boulogne, cet acolyte “Avec Kévin, tout devient plus facile quand je joue avec lui, il sait gérer à lui tout seul de nombreuses situations compliquées.” Débarqué à Albi en 2018, année du retour de l’emblématique demi de mêlée albigeois sur le terrain du Stadium, les deux joueurs se connaissent aujourd’hui par cœur. Leur association fait des merveilles même si cette saison, Jérémy Russell a souvent dû prendre ce rôle de “patron” de la charnière à la suite des pépins physiques de son expérimenté coéquipier.

Lorsqu’il évolue avec Martin Doan ou Titouan Pouzoullic, le demi d’ouverture tarnais devient logiquement le chef d’orchestre de la ligne arrière jaune et noire comme il l’explique : “Martin, Titouan ou même Julien (Ménoret) ont la fougue de la jeunesse mais manquent d’expérience c’est normal. Je prends donc un peu plus la parole sur le terrain avec eux, et ça ne me gêne pas au contraire.” Une importance sur le terrain qui se répercute ensuite dans le vestiaire même s’il avoue “laisser le rôle de leader aux vieux briscards”.

Un avenir en jaune et noir

Il ne s’en cache pas, la qualité de vie dans le Tarn et la bonne ambiance dans le groupe albigeois ne lui donnent aucune envie de quitter le SCA dans un avenir proche. “Je me suis fait de vrais amis ici.

Le Sporting est vraiment un club familial et je m’y plais.” Le futur de sa carrière, le champion de France espoirs avec Mont-de-Marsan le voit avec la tunique du Sporting club albigeois… mais pas en Nationale. “Je veux jouer en Pro D2. C’est le gros objectif pour nous tous, accrocher cette montée une bonne fois pour toutes.” En contrat jusqu’en juin 2022 à Albi, Jérémy Russell veut retrouver la deuxième division qu’il a déjà côtoyée il y a cinq ans avec les Montois.

La montée passe bien évidemment par une qualification en phases finales cette saison, ce qui est encore loin d’être assuré. Jérémy et les siens doivent impérativement l’emporter ce dimanche sur la pelouse d’Aubenas (coup d’envoi à 15 heures) pour faire un (petit) pas de plus vers l’échelon supérieur.

Lire la suite…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Pro D2 : Faux espoirs ou vrais regrets pour l’US Montauban ?

Tarbes. Nationale : Une moutarde tarbaise sans saveur