in

Six Nations : ces Bleus résistent à tout

À Dublin, l’équipe de France s’attendait à un grand défi de combat. Celui des hommes forts, dans le jeu d’avants où les Irlandais se plaisent tant et font rompre les Bleus, depuis une décennie, sur leur sol.

Cette fois, le XV de France a tenu et s’est imposé sur une marge certes minimale mais précieuse. Une satisfaction, majeure : avec ce premier succès en dix ans, le XV de France enchaîne une deuxième victoire dans ce Tournoi 2021 et reste en course pour une victoire finale.

A lire aussi :
Galthié, sélectionneur du XV de France : “Baille est sûrement l’un des meilleurs gauchers au monde”

Pour y parvenir, les hommes de Fabien Gathié ont effectivement dû défendre, beaucoup. Ils ont aussi dû s’employer dans les airs, sous la multitude des jeux au pied de pression allumés par les Irlandais dans le ciel grincheux de Dublin. Pas le plus grand des spectacles pour un match assez lent, pollué d’imprécisions et finalement étriqué. Mais l’essentiel est là.

L’abnégation française

Attention à ne pas banaliser la chose. S’ils n’ont pas toujours brillé, les Bleus ont aussi fait preuve d’une belle abnégation. Avec une conquête longtemps chahutée et, par conséquent, peu de munitions à se mettre sous la dent, ils ont surtout défendu, en première période. Et ils l’ont bien fait, grâce à des montées agressives qui enfermaient les Irlandais au milieu du terrain.

A lire aussi :
Six Nations : la France s’impose contre l’Irlande (13-15) et prend la tête du tournoi

Une seule fois, sur une combinaison en première main, la défense française se trouvait prise en défaut : en bout de ligne, l’arrière Keenan décalait James Lowe qui filait vers l’en-but. Finalement stoppé par Brice Dulin qui, bien aidé de Gaël Fickou, finissait par propulser un pied de l’ailier irlandais sur la ligne de touche. Ce sera la seule alerte chaude sur la ligne française, en première période.

Guère plus offensifs, les Bleus convertissaient toutefois une de leurs rares occasions franches : Jalibert attaquait la ligne, trouvait Marchand, Dupont puis Penaud au relais. Le jeu rebondissait vers la gauche et Fickou finissait par décaler son capitaine Ollivon en bout de ligne, pour le premier essai du match. Suffisant pour basculer en tête à la pause (3-10).

A lire aussi :
France-Irlande : les notes des joueurs

Du combat, peu de rythme

Le second acte confirmait la tendance : du combat et toujours aussi peu de rythme ; un essai en coin de Damian Penaud suivi d’un essai “casquette” du talonneur remplaçant irlandais (Ronan Kelleher) pour relancer le match.

A lire aussi :
France-Irlande : Brice Dulin a gagné la bataille des airs

À 15-13 au score et vingt-deux minutes encore à jouer, le match semblait relancé. Mais face à la multiplication des temps de jeu celtes, en fin de match, les Bleus ne cédaient pas et s’adjugeaient une victoire finalement logique. Bon pour le moral. Le rêve de sacre dans le Tournoi vit encore.

Irlande 13 – France 15

À Dublin (Aviva Stadium). MT : 3-10 ; match à huis clos ; arbitre : M. Pearce (ANG)

Vainqueurs : 2 E Ollivon (29), Penaud (55). 1 T (29), 1 P (39) Jalibert

Vaincus : 1 E Kelleher (57). 1 T (57), 1 P (65) Byrne (57). 1 P (21) Burns

Évolution du score : 3-0, 3-7, 3-10/ 3-15, 10-15, 13-15

IRLANDE : Keenan ; Earls (Larmour, 68), Ringrose, Henshaw, Lowe (o) Burns (R. Byrne, 42), (m) Gibson-Park ; van der Flier (Connors, 65), Stander, Ruddock ; Henderson (cap.) (Dillane, 42, Henderson, 59) Beirne (Dillane, 73) ; Porter (Furlong, 53), Herring (Kelleher, 57), Healy (E. Byrne 42, Healy, 57)

Rempl. tempo. : Healy par Byrne (43-57), Henderson par Dillane (43-59)

FRANCE : Dulin ; Penaud (Thomas, 67), Vincent, Fickou, Villière (o) Jalibert, (m) A. Dupont ; Ollivon (cap.), Alldritt, Jelonch (Cretin, 67) ; Willemse (R. Taofifenua, 71), B. Le Roux ; Haouas (Atonio, 56), J. Marchand (Bougarit, 76), Baille (Kolingar, 76)

Excl. temp. : B. Le Roux (24)

La note du match : 13/20 – L’homme : Grégory ALLDRITT

Paroles de joueurs

Charles OLLIVON (capitaine et troisième ligne aile du XV de France) : « C’est un grand moment de fierté. Du bonheur, tout simplement. C’était un match d’hommes. Ça résume bien ce match : il y avait une bataille vraiment féroce et je crois qu’on est vraiment très heureux pour ce groupe et pour nos supporters. C’est l’état d’esprit qui nous permet de gagner ce match. Ça a été très très rude sur tous les contacts. Il n’y a pas eu une seconde de relâchement, c’était la guerre de la première à la 80e minute. C’était vraiment dur. Ça fait dix ans qu’on n’a pas gagné ici, ça montre la qualité de l’adversaire. On l’avait ciblé, ce match. Autant individuellement que collectivement, j’avais besoin de monter le curseur aujourd’hui. On avait besoin d’une grosse performance et ça fait du bien à la tête, au corps. On va savourer, en profiter et basculer sur la suite. »

A lire aussi :
Six Nations : Les Bleus sur les bases d’un Grand Chelem

Grégory ALLDRITT (troisième ligne centre du XV de France) : « On est franchement très contents de cette perf. On a du mal à réaliser. Je pense qu’on a tout lâché sur le match. On est vidés. C’est ce que l’on s’était dit. On nous avait promis beaucoup d’agressivité, beaucoup de combat. On voulait répondre présent, on avait dit que le principal c’était de donner tout ce que l’on avait. Et je pense qu’on l’a prouvé sur cette dernière action où on n’a rien lâché. À la fin sur le contest on récupère donc franchement c’est un match qu’on aurait pu perdre l’an dernier mais on voit que l’on progresse à tous les matches et ça fait plaisir. C’est sûr qu’on peut toujours se rendre les matches plus faciles. C’est pour ça aussi que l’on va encore continuer à travailler, voir où on peut progresser. Mais on va retenir les quatre points et cela faisait un moment que la France n’avait pas gagné ici (depuis 2011, NDLR). Donc on est contents. »

Grégory ALLDRITT (troisième ligne centre du XV de France)
Grégory ALLDRITT (troisième ligne centre du XV de France)
AFP – MARTIN BUREAU

Cyril BAILLE (pilier gauche du XV de France) : « C’est dur les matches comme ça quand tu joues pratiquement tout le match. Cinq minutes avant de sortir, je sentais les mollets qui tiraient. C’était costaud mais c’était une bonne expérience. C’est la première fois que je joue autant, 75 minutes, sur un match international […] Le fait d’enchaîner les victoires nous aide à avoir cette faim de continuer à gagner. On se remet souvent en question et on a toujours envie de plus »

Cyril BAILLE (pilier gauche du XV de France)
Cyril BAILLE (pilier gauche du XV de France)
AFP – FRANCK FIFE

Matthieu Jalibert (ouvreur du XV de France) : « On a été un peu dominés (en première période), avec Bernard Le Roux qui prend un carton jaune. Mais on est restés sereins, concentrés sur le plan de jeu qu’on s’était fixé. On a réussi à marquer à quatorze contre quinze donc c’est positif. Les deux matches (face à l’Italie puis l’Irlande) sont totalement différents. L’Italie est une équipe très joueuse donc on avait pas mal de ballons de récupération. On aurait pu se rendre le match un peu plus facile en marquant d’entrée en deuxième période. Globalement, on a quand même contrôlé, on ne s’est pas affolé. Contrairement à la semaine dernière, c’était un match plus dense rugbystiquement parlant. On est très contents mais la joie est mesurée. On n’a rien gagné non plus. Une première depuis dix ans, c’est important. On va fêter ça. Mais on reste très concentrés sur les prochaines échéances et ce match contre l’Ecosse qui va être très important. Si on gagne, on aura la possibilité de voir plus loin. »

Arthur Vincent (centre du XV de France) : « Il y a quand même encore beaucoup de secteurs où il faut qu’on arrive à être plus froids, à se perfectionner, à faire le moins d’erreurs possible et à tuer le match. Ce match, on peut l’aborder encore d’une autre manière, notamment en première mi-temps où on a des ballons pour scorer. Ce sont des choses où il faut qu’on arrive à se perfectionner […] Il faut encore tirer un grand coup de chapeau à nos avants parce qu’ils ont fait un match énorme. Ça tapait vraiment fort et ils ne se sont pas arrêtés que ce soit en mêlée, dans les ballons portés ou les zones proches. (Dulin) J’apprends à le connaître. Il est à fond, concentré, il kiffe son moment ! Il amène aussi de la sérénité. C’est quelque qui est focus, déterminé. C’est vraiment un super joueur. Il nous a fait beaucoup de bien sur les ballons hauts et dans le jeu au pied. »

A lire aussi :
XV de France : quand le capitaine fracasse

Iain HENDERSON (capitaine de l’Irlande) : « On n’a pas su saisir nos opportunités. On était souvent dans une bonne position mais la France a réussi à capitaliser mieux que nous. C’est sans doute l’opposé de la semaine dernière (l’Irlande a récolté un carton rouge contre le pays de Galles, NDLR) : au lieu de les laisser approcher, on est allés les chercher. Alors que si on parvient à avoir une pénalité ou un essai, ça change tout le résultat du match, la façon dont la France joue mais aussi les changements… On est en progrès. On travaille dur et on est tous frustrés. Tout le monde fait de son mieux mais il nous manque juste un petit quelque chose… Personne ne va lâcher. »

Iain HENDERSON (capitaine de l’Irlande)
Iain HENDERSON (capitaine de l’Irlande)
POOL – BRIAN LAWLESS

Andy Farrell (sélectionneur de l’Irlande) : « Je suis partagé. Je suis incroyablement fier de la façon dont ils se sont comportés cette semaine, notamment avec cette controverse (autour de la commotion du capitaine Jonathan Sexton, NDLR). Je suis fier du travail mental et physique des joueurs et fier des leurs efforts. Ils se sont tous battus pour leur pays, ils ont travaillé dur. Mais, en même temps, les matches, il faut les gagner. Surtout à domicile. On peut regretter quelques décisions, on n’a pas su saisir les opportunités. C’est un vrai combat mais qui nous a échappé à la fin. »

Au repos cette semaine

Les Tricolores vont maintenant préparer le premier rendez-vous à domicile face à l’Ecosse, le 28 février avant le fameux déplacement en Angleterre où se jouera probablement le grand chelem. Ils devraient quitter la bulle sanitaire mercredi pour quelques jours de repos avant d’être de nouveau réunis la semaine prochaine. Des tests seront bien évidemment réalisés lors de leurs retours à Marcoussis.

Lire la suite…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Mourad de Toulon : “Et si Bayonne allait jouer dans le championnat d’Angleterre ?”

Six Nations : la France s’impose contre l’Irlande (13-15) et prend la tête du tournoi