in

Tarbes. Nationale : Une moutarde tarbaise sans saveur

Au classement des matchs pĂ©nibles Ă  visionner cette saison, nul doute que ce Dijon – Tarbes occupera une vraie place de choix au moment de faire les bilans, aussi bien dans les PyrĂ©nĂ©es qu’en Bourgogne, oĂč le sentiment du devoir accompli devrait suffire Ă  mieux faire passer la chose. “Autant de trajet en bus pour aussi peu de jeu, c’est embĂȘtant”, avoue Romain Dumestre d’un ton policĂ©. “Le moins mauvais a gagnĂ©”, embraye Lionel TerrĂ© lorsque son homologue dijonnais vint le saluer dans le couloir. Et le prĂ©sident tarbais de souligner qu’au moins, il n’y a pas eu de casse Ă  dĂ©plorer au sein de ses troupes. C’est dire oĂč est placĂ© le curseur en termes de satisfaction.

Dans une fin de saison oĂč aucune des deux Ă©quipes n’a Ă  se prĂ©occuper de son avenir dans la division, il eut Ă©tĂ© logique de croire Ă  un match vivant, sympa, ou du moins ouvert. Bah non, tout faux ! Il a fallu se faire violence plus d’une fois pour ne pas piquer du nez avec deux dĂ©fenses bien regroupĂ©es et de lancinantes phases arrĂȘtĂ©es. “En temps de jeu effectif, on ne doit pas ĂȘtre trĂšs haut”, abonde Morgan Rubio.

MĂȘlĂ©es, pĂ©nalitĂ©s


À la pause, les deux Ă©quipes ont tournĂ© Ă  6-6. Un score qui se rĂ©sume uniquement par des fautes en mĂȘlĂ©es et des buteurs adroits face aux perches. Dijon a plus mis la main sur le ballon par rapport Ă  un Stado encore et toujours plombĂ© par ses limites en conquĂȘte. Et cette fois-ci, l’argument des conditions de jeu dĂ©favorables ne peut tenir, si ce n’est un peu de vent Ă  signaler. D’autant plus que le XV local, avant-dernier au coup d’envoi, n’a pas la rĂ©putation de s’appuyer sur un Ă©norme pack. “Ça commence vraiment Ă  nous faire chier, nous les gros, parce que derriĂšre, dĂšs que nos trois-quarts ont des ballons, on constate que cela joue bien”, peste Florian Lamothe.

La premiĂšre Ă©tincelle tarbaise a Ă©tĂ© aperçue aprĂšs la cinquantiĂšme minute de jeu avec Mathieu Berbizier et Romain Dumestre (52e). Quelques instants plus tard, alors que les Tarbais pensaient tenir un dĂ©but de quelque chose dans la zone de vĂ©ritĂ© adverse, Davit Gigauri est venu tout anĂ©antir en venant semer le dĂ©sordre au beau milieu de la connexion 9-10, provoquant l’ire de Fabien Fortassin sur le banc (56e).

“Si certains ont la tĂȘte ailleurs
”

La punition dijonnaise, Ă  savoir l’essai de l’ailier David Odiete, a trouvĂ© son origine sur une Ă©niĂšme touche tarbaise perdue sur un lancer de Bastien Reynaud. Dans la foulĂ©e : mĂȘlĂ©e, lancement proprement exĂ©cutĂ©, affaire conclue (14-9, 63e) ! “On peut jouer 25 ans autant que l’on veut, sans lancement tu ne fais rien, regrette une fois de plus Fabien Fortassin, Ă©chaudĂ© par le comportement de certaines individualitĂ©s. On ne fait pas exprĂšs de mal lancer en touche, de commettre des en-avants mais si certains ont la tĂȘte ailleurs, ils iront en tribunes pour finir la saison.”

Le message a le mĂ©rite d’ĂȘtre clair aprĂšs cette deuxiĂšme dĂ©faite de rang Ă  l’extĂ©rieur et alors qu’il reste encore trois matchs Ă  disputer. Suffisant pour relever la tĂȘte ou la rentrer un peu plus dans les Ă©paules. Au choix.


DIJON 17 – TARBES 12

MT : 6-6 ; huis clos.

Arbitre : Benjamin Beuriot (Auvergne RhĂŽne-Alpes).

Pour Dijon : 1 E Odiete (63), 4 P Fuertes (15, 19, 60, 78)

Pour Tarbes : 4 P Berbizier (6, 27, 48, 80).

Évolution du score : 0-3, 3-3, 6-3, 6-6/6-9, 9-9,14-9, 17-9, 17-12.

STADE DIJONNAIS : Marzocca – Odiete, ConduchĂ©, Liabot (Rabago, 75), Hartmann (Caramel, 68) – (o) Fuertes, (m) Sylvestre (cap.) (Dufau, 52) – GrĂ©goire, Kafotamaki (BĂ©renguel, 48), Amiot (Jamet, 24-33) – Alarcon (Desbordes, 73), Desbordes (Peters, 55) – Pointud (Jamet, 41), Nehme (SeillĂ©, 48), Beaufils (Vaslin, 48).

Exclu. Tempo. : Pointud (23).

STADO TPR : Dumestre (Oltmann, 63) – Rubio, Stanaway (Lhusero, 46), Duffau (Cantan, 72), Mamao – (o) Berbizier, (m) Dulucq – MĂ©ron (cap.), Manu, Saint-Guilhem – Gigauri (NoĂ«l, 65), HourclĂ© (Palisse, 24-33 puis Taputai, 45) – Zabala (Vial, 58), Lamothe (Reynaud, 58), Bessonart (Palisse, 65).

Exclu. Tempo. : Bessonart (23), Taputai (74), Reynaud (80).

Lire la suite…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

SC Albi : JĂ©rĂ©my Russell, l’ñge de la maturitĂ©

Nationale : pas si facile pour Blagnac face à Chambéry