in

Top 14 : le Castres Olympique veut retrouver le goût de la victoire

l’essentiel
Le CO va solder aujourd’hui son dernier match en retard face à Bayonne. L’occasion de clarifier sa situation au classement et de s’éloigner de la zone à risque en s’imposant face à un rival direct.

En milieu de semaine, David Darricarrère ne cherchait pas à occulter les enjeux de cette partie face à l’Aviron Bayonnais : “Bien sûr que c’est un gros match, parce qu’on est dans une situation difficile au classement. On ne peut pas se le cacher. Il faut continuer à avancer pour sortir définitivement de cette zone où on est encore en danger”. L’entraîneur des lignes arrière castraises replaçait aussi cette rencontre dans un contexte délicat après le déplacement à Paris où le club tarnais espérait une toute autre issue : “Evidemment, c’est un match important surtout en regard de la contreperformance faite le week-end dernier à Paris. On doit une revanche aux supporters et même à nous. Il ne faut jamais oublier que le rugby, c’est un sport de contact, de combat d’attaque, d’espace. Face au Stade Français, on a été battus dans tous ces domaines. On a subi les collisions, on a subi le jeu au pied, le jeu en l’air, la conquête, à partir de là c’était difficile d’exister. On n’a pas su trouver les ressources nécessaires pour inverser la tendance”. Une façon pour le coach castrais, d’expliquer à ses hommes ce qu’il ne faut surtout pas faire, quand on nourrit des ambitions de victoires. Aujourd’hui, le Castres Olympique n’a pas d’autre choix que la victoire. Il n’est pas question de se trimballer pendant toute la fin de saison avec une épée de Damoclès, en forme de barrage de descente, au-dessusde la tête.

A lire aussi :
Florent Vanverberghe, deuxième ligne du Castres Olympique : “Je suis une éponge”

 

Méfiance de rigueur

Aujourd’hui, le CO doit composer un cocktail gagnant en additionnant méfiance et confiance. Méfiance parce que les Bayonnais ont montré en début de saison qu’ils savaient voyager, notamment en allant s’imposer au Stade Français et à Agen. Confiance aussi parce que l’Aviron vient à Castres alors qu’il est dans une série de défaites. La dernière victoire des Basques remonte au 21 novembre 2020, c’était lors de la réception de Toulon (35-29). Ensuite, la Covid 19 a frappé et l’Aviron s’en relève difficilement. Des considérations dont David Darricarrère ne veut surtout pas tenir compte : “Aujourd’hui, les Bayonnais vont se resserrer. Ils vont être frais parce qu’ils n’ont pas joué le week-end dernier. Ils ont pu récupérer des joueurs, se régénérer et arriver en forme ce dimanche, on se prépare donc à quelque chose de difficile”. L’entraîneur castrais, a aussi remarqué que lorsque son équipe avait souffert des mesures imposées par la contamination, elle avait souffert à La Rochelle, comme Bayonne il y a deux semaines, mais qu’en suite elle avait réagi à Toulon en faisant un bon match. L’Aviron peut donc être dans la réaction ce soir à Castres, la méfiance est de rigueur.

“Dans le sport professionnel, la constance, c’est ça le plus dur”, déclare Darricarrère. Le coach castrais évoque même le golf, qu’il connaît bien, et où la constance est primordiale. Le coach castrais revient à son sport : “En rugby, la constance c’est très difficile surtout avec ce Covid qui nous prive des supporters, et donc de ce supplément d’âme. La constance, elle viendra en enchaînant les bons résultats, les bons matchs.

Pour avoir cette constance, il faut avoir des repères, des certitudes, de la confiance, ces choses-là se construisent par les entraînements, par les bons matchs. On a enchaîné trois bons matchs. Après, on a vu qu’à Clermont on était dans les clous jusqu’à la soixantième et pourtant après, on a craqué. Cette saison, on est parvenu à enchaîner des performances de solidarité, mais ce n’est pas évident d’être constant”. Chère Constance, venez donc faire un petit tour dans les rangs du CO, c’est le moment où il va falloir vaincre des adversaires directs pour le maintien, Bayonne puis Montpellier.

Lire la suite…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Patat : “Le synthétique nous pose des problèmes”

L’Irlande, sommet en perspective