in

Toulouse. Matthieu Jalibert, est attendu

Matthieu Jalibert, 22 ans, se pose incontestablement parmi les joueurs français les plus performants de la saison. Avec l’Union Bordeaux-BĂšgles, il enchaĂźne les prestations trois Ă©toiles, butant avec une rĂ©gularitĂ© assez remarquable (84,3 %) et guidant le jeu avec maestria. Sous les couleurs du XV de France, il reste sur trois prestations convaincantes en tant que titulaire, la derniĂšre en Italie l’ayant vu Ă©tonnamment sobre mais prĂ©cis et prĂ©cieux. Au Stade olympique, le Girondin a signĂ© un 100 % face aux perches et s’est signalĂ© par une percĂ©e dont il a le secret, Ă  l’heure de jeu, pour envoyer Teddy Thomas derriĂšre la ligne d’en-but, aprĂšs un relais d’Antoine Dupont. À son discrĂ©dit, on retiendra une faute de placement en dĂ©fense. Rien de bien sĂ©rieux Ă©tant donnĂ© la supĂ©rioritĂ© tricolore Ă  Rome. En Italie, Matthieu Jalibert a justifiĂ© les rĂ©centes louanges de Fabien GalthiĂ© : “Il est prĂȘt, comme cette Ă©quipe, il a pris un an d’expĂ©rience individuelle avec nous et en club mais aussi de l’expĂ©rience collective. Il trouve sa place et apporte tout son talent Ă  l’organisation.” Jusqu’à prĂ©sent, tout va bien donc pour le natif de Saint-Germain-en-Laye, propulsĂ© dans le XV de dĂ©part aprĂšs le forfait de Romain Ntmack. La sortie irlandaise fera office de rĂ©vĂ©lateur pour le numĂ©ro 10, Ă  la baguette du XV de France sur un match du Tournoi Ă  fort enjeu pour la premiĂšre fois. Le Bordelais se sait plus que jamais attendu au tournant, dans son rĂŽle de buteur comme dans sa capacitĂ© Ă  gĂ©rer le cours des Ă©vĂ©nements. Les espoirs de victoire finale reposent en bonne partie sur ses Ă©paules. Ce dimanche 14 fĂ©vrier restera assurĂ©ment comme une date clĂ© dans sa toute jeune carriĂšre. Reste Ă  savoir si elle sera marquĂ©e d’une pierre blanche ou noire.

Billy Burns, doit se racheter

“HonnĂȘtement, on pensait que Sexton passerait les paliers du protocole et serait apte Ă  dĂ©buter. On lui souhaite un retour le plus rapide possible sur le terrain.”

Vendredi midi, quand la composition irlandaise est tombĂ©e, Fabien GalthiĂ© et l’ensemble du clan tricolore ont tiquĂ© en voyant l’identitĂ© du numĂ©ro 10 adverse. Exceptionnellement, le jeu du XV du TrĂšfle ne sera pas menĂ© par Jonathan Sexton, 35 ans, 102 sĂ©lections et 873 points au compteur, mais par Billy Burns, 26 ans et 2 sĂ©lections. Un joueur mĂ©connu du grand public mais pas du staff français : “Burns aime plus porter le ballon que Sexton”, prĂ©vient ainsi le sĂ©lectionneur national. NĂ© Ă  Bath en Angleterre mais irlandais par son grand-pĂšre, le frĂšre de Freddie Burns est connu, outre-Manche, pour ses qualitĂ©s d’animateur, la responsabilitĂ© du but en club incombant le plus souvent Ă  John Cooney. Sa prĂ©sence, aux cĂŽtĂ©s du dynamiteur Jamison Gibson-Park – dont le duel avec Antoine Dupont promet des Ă©tincelles – pourrait donc donner Ă  l’Irlande un visage quelque peu diffĂ©rent. Billy Burns sera d’autant plus dĂ©terminĂ© Ă  briller qu’il a ruinĂ©, dimanche dernier, l’ultime balle de match des siens Ă  Cardiff en ne trouvant pas la touche sur la derniĂšre pĂ©nalitĂ© aprĂšs la sirĂšne. EntrĂ© en jeu Ă  10 minutes de la fin pour remplacer Jonathan Sexton, commotionnĂ©, il espĂ©rait un tout autre baptĂȘme dans le Tournoi : “Ce n’est pas Ă  cause de lui que nous avons perdu le match, a, depuis, tentĂ© de relativiser son entraĂźneur Andy Farrell. Je suppose qu’il sera ciblĂ©, Ă©videmment, Ă  cause de l’ampleur de l’action mais ça lui apprendra. C’est un joueur gĂ©nial, trĂšs fort. C’est un vrai professionnel qui s’est entraĂźnĂ© de maniĂšre exceptionnelle cette semaine.” À 26 ans, il a l’occasion de prouver ses qualitĂ©s Ă  la face de l’Europe Ă  l’occasion du plus grand rendez-vous de sa carriĂšre.

Burns – Jalibert, rendez-vous avec l’Histoire

Lire la suite…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Toulouse. Ollivon : “Il y aura un gros combat”

Montauban. USM : quatre nouveaux joueurs (au moins) partants