in

Toulouse. Stade : encore un sacré numéro

> L’essentiel

Numéro 1 de sa poule et numéro 2 national juste derrière Montpellier, le Stade Toulousain sort un peu plus grandi encore d’une session de rattrapage qui ne disait pas vraiment son nom tant sa prestation a été convaincante, hier après-midi. De là à envisager que le Capitole devienne le siège de la capitale du rugby féminin, dans quelques mois…

> Les joueuses

Un réservoir plein à ras bord, tel se présente le groupe élargi au sein duquel le staff peut ratisser… Large, forcément ! Parmi celles qui ont signé une entrée remarquable et remarquée dans la cour des grandes, citons très volontiers Alizée Tomasella, la fille de Laurent, en son temps coéquipier d’Emile Ntamack et Didier Lacroix au sein des intouchables “Reichel” sacrés champions de France aux dépens de Grenoble en 1989. Du côté des “pink rockets” parisiennes, pas de décollage mais plutôt une douloureuse exploration du sous-sol d’Ernest-Wallon sur chaque mêlée ou presque. Ce qui n’a pas empêché Mathilde Caspar d’exploiter un bon filon de son talent, avec notamment cette interception miraculeuse qui aura évité aux visiteuses de faire vraiment grise mine.

> Ils ont dit

Anthony Granja (entraîneur du Stade Toulousain) : “Dans un contexte délicat, les joueuses restent soudées et je ne peux que les féliciter pour leur implication. Les intentions étaient là, nous avons assisté à un bon match”.

Anaïs Lagougine (manager du Stade Français) : “Entre deux équipes pour le moins pénalisées par l’impossibilité de faire jouer leurs internationales, il est clair que la nôtre n’était pas en capacité de rivaliser en termes de profondeur de banc”.

TOULOUSE 35 – PARIS 7

MT : 23-7 ; Arbitre : Melissa Leboeuf (Auvergne – Rhône-Alpes) assistée de Pierre Puharre et Bérénice Loubet.

Vainqueurs : 6 E Rière (16), Durand (19), Murie (35, 80), Cartaillac (40), Bordes (47), 1 P (5) Cabalou, 1 T Girard (80).

Vaincues : 1 E Caspar (37), 1 T Julien.

Evolution du score : 3-0 ; 8-0 ; 13-0 ; 18-0 ; 18-7 ; 23-7 / 28-7 ; 35-7.

Stade Toulousain : Vandesteene- Murie, Rufas, Girard, Cartaillac (Perceval, 64-78) ; (o) Cabalou (Pasin, 55), (m) Bordes (Tomasella, 63) ; Bilon (cap), Lecat, Gougeon (Cardoso, 55) ; Fedrighi, Durand (Reulet, 55) ; Rière (Lapoujade, 44), Deschamps (Divoux, 44), Cueye (Ourliac, 44).

Stade Français : Scanzi – Galtier (Aubrun, 66), Muller, Caspar, Moufounda (Bridet, m-t) ; (o) Julien (Clément, 66), (m) Saluzzo (cap) ; Meddah, Lambaré, Martin (Adolphe, 66) ; Viardot, Tord (Fofana, m-t) ; Tanguy (Rabette Gâche m-t), Delaunay, Diaw (Sade, 32).

Lire la suite…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Bressols. École de rugby : la jeunesse a le sourire sur le pré

Carcassonne. À prendre ou à laisser au repos