in

Toulouse. Tournoi des VI Nations : le Toulousain Julien Marchand prêt pour l’Aviva Stadium

l’essentiel
Tout va bien pour le talonneur du XV de France qui avait quitté ses partenaires à la 46e minute à Rome. Il sera bien du voyage à Dublin, où il va découvrir l’Aviva Stadium.

“Je pense que si j’avais subi un K.O. ou même un gros choc, j’aurai laissé ma place ce week-end.” Julien Marchand ne parlait pas de lui, mais répondait à une question sur l’éventuelle présence de Jonathan Sexton, l’ouvreur irlandais, sur la pelouse de l’Aviva Stadium.

Le talonneur du Stade toulousain avait pourtant quitté ses partenaires dès la 46e minute à Rome, laissant sa place à Pierre Bourgarit pour répondre au protocole commotion sans finalement revenir sur le terrain : “J’aurais pu rejouer car j’avais passé le protocole avec succès. J’ai fait de nouveau le test quarante-huit heures après à Toulouse pour ne prendre aucun risque et aucun signe d’une éventuelle commotion n’a été décelé. Donc tout va très bien.”

Julien Marchand a donc retrouvé le CNR de Marcoussis avec le sourire : “J’ai pu reprendre l’entraînement ce mardi matin.” Il devrait donc tenir sa place à l’Aviva Stadium de Dublin où il évoluera pour la première fois de sa carrière, lui qui était blessé lors du dernier déplacement des Bleus en Irlande. Une blessure qui l’avait aussi privé de la demi-finale de Coupe d’Europe face au Leinster quelques semaines plus tard. Ce sera donc une grande première pour lui qu’il aurait préféré vivre avec la ferveur des supporters irlandais : “Je ne sais pas si jouer à huis clos sera un avantage, même s’il est certain que la pression est moins forte pour les visiteurs, mais tout le monde commence à en avoir un petit peu marre de jouer dans des stades vides. C’est un peu ch… On aimerait entendre quelques insultes et se faire chambrer par le public (rires).”

“Être heureux de ce qu’on fait”

Une boutade qui laissait transparaître la décontraction du Toulousain avant ce rendez-vous qui s’annonce bien plus important que la dolce vita initiale face aux Italiens. On pourrait aussi y voir un signe de la confiance qui règne actuellement chez les Bleus, à l’image d’une touche devenue impériale au fil des matchs après avoir connu quelques ratés lors des premiers matchs du Tournoi 2020 : “Nous avions besoin de temps pour travailler ensemble et trouver les bons timings. C’est maintenant le cas car nous prenons un maximum de plaisir à chaque entraînement avec Karim Ghezal. On ne se prend pas la tête après un lancer loupé, pas droit ou trop haut. On se dit que ça arrivera toujours alors il faut continuer à travailler. Il faut repartir sur des choses neuves après avoir raté quelque chose et tout simplement être heureux de faire ce que l’on fait.” C’est souvent le meilleur moyen pour aller loin et voir grand.

Deux changements chez les piliers

Le XV de France a procédé à deux changements en première ligne. Jean-Baptiste Gros, forfait, est remplacé par Hassane Kolingar, et Georges-Henri Colombe cède sa place à Uini Atonio.Le pilier gauche du RC Toulon Jean-Baptiste Gros (21 ans, 6 sélections) était entré en jeu à la 53e minute samedi, en remplacement du Toulousain Cyril Baille.La raison de son forfait n’a pas été communiquée par la Fédération.Il est remplacé avant le deuxième match contre l’Irlande, dimanche, par le joueur du Racing 92 Hassane Kolingar (22 ans, 2 sélections), laissé à disposition de son club par le staff tricolore après avoir initialement fait partie du groupe élargi de 37 joueurs rassemblés à Nice pour la préparation du Tournoi.Son jeune compère de la première ligne du Racing 92 Georges-Henri Colombe (22 ans, 0 sélection), qui n’avait pas été retenu dans les 23 pour affronter l’Italie, a lui été libéré hierLe pilier droit de La Rochelle Uini Atonio (30 ans, 34 sélections) le remplace.

Lire la suite…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Benjamin Urdapiletta du Castres Olympique : “Je parle tout seul”

La rétro du Saint-Girons Sporting Club : les derniers échos d’une grande finale