in

Tournoi des VI Nations : Pas de blague, les Bleus !

DĂ©signĂ©s comme favoris dans la quĂȘte du grand chelem malgrĂ© un Tournoi Ă  3 dĂ©placements et quelques remaniements dans leur XV de dĂ©part, les Bleus seraient bien inspirĂ©s de ne pas se prendre le tapis d’entrĂ©e, lors d’un voyage Ă  Rome qui semble un peu trop tranquille


“Domicile ou extĂ©rieur, ça ne veut plus rien dire avec le huis clos. S’il y a une annĂ©e pour faire un gros coup et s’offrir le grand chelem, c’est bien celle-lĂ .” L’assertion n’est pas de nous, mais bien de l’ouvreur toulousain Romain Ntamack, et prend par lĂ  mĂȘme une tout autre valeur. Car mĂȘme si le demi d’ouverture ne reprendra le jeu que dans un mois (espĂ©rant au passage effectuer son grand retour Ă  aprĂšs sa double fracture de la mĂąchoire), son discours traduit bien les ambitions de ce XV de France, mĂȘme en cette annĂ©e impaire (Ă  trois dĂ©placements pour deux rĂ©ceptions), traditionnellement peu propice aux Bleus.

“Cette annĂ©e, tout sera diffĂ©rent, appuie Ntamack. Vous vous doutez bien que jouer Ă  Twickenham avec 80 000 Anglais qui vous insultent ou y jouer avec pas un chat dans le stade, cela n’a rien Ă  voir. Je pense mĂȘme qu’il est plus dur d’évoluer Ă  domicile qu’en dĂ©placement, parce que vous n’avez pas les supporters pour vous pousser mais il y a toujours cette pression de l’équipe qui reçoit et n’a pas le droit de perdre. Au final, vous avez les inconvĂ©nients sans les avantages
”

A lire aussi :
XV de France : Ollivon – Negri, Ă  la croisĂ©e des lignes

 

Un “antipasti” pour soigner les repĂšres

C’est donc dans ces dispositions idĂ©ales que la bulle sanitaire qui entoure les Bleus s’est envolĂ©e Ă  Rome, pour ce match d’ouverture Ă  l’arriĂšre-goĂ»t d’antipasti face Ă  ces modestes Italiens qui n’ont plus battu les Bleus depuis 2013, et mĂȘme encaissĂ© une fessĂ©e face Ă  leur Ă©quipe “bis”, lors de la Coupe d’Automne au Stade de France (36-5).

L’affiche idĂ©ale, sur le papier, pour rĂŽder quelques repĂšres aprĂšs les forfaits de cadres comme Romain Ntamack, François Cros ou Virimi Vakatawa, sans oublier la refonte du triangle arriĂšre oĂč Brice Dulin et Gabin VilliĂšre ont bousculĂ© la hiĂ©rarchie au mois de novembre.

“On a toute confiance en Matthieu Jalibert, Dylan Cretin et Arthur Vincent qui sont dans notre projet depuis le dĂ©but et l’ont parfaitement assimilĂ©, soulignait dans la semaine le sĂ©lectionneur Fabien GalthiĂ©. En ce qui concerne notre fond de terrain, Brice Dulin et Gabin VilliĂšre ont su saisir leur chance quand elle leur a Ă©tĂ© offerte. Cela nous permet de maintenir une concurrence dans le groupe qui est saine, car on aura besoin de tout le monde.”

L’ambition du XV de France passe en effet par lĂ , sachant qu’aucune Ă©quipe n’a jamais rĂ©ussi un grand chelem avec le mĂȘme XV de dĂ©part, depuis le passage du Tournoi Ă  six nations. Le principal enjeu de cette rencontre en Italie consistant Ă  ne pas se prendre les pieds dans le tapis d’entrĂ©e, tout en Ă©vitant de revenir avec des blessĂ©s et des suspensions.

Tableau de bord

La France et l’Italie se sont affrontĂ©es 44 fois depuis 1937. Les Bleus l’ont emportĂ© Ă  41 reprises, l’Italie 3 fois.

La plus large victoire française (+47) : 60 à 13 en 1967 à Toulon.

La plus large victoire italienne (+8) : 40 à 32 en 1997 à Grenoble.

Le XV de France a perdu deux fois en Italie, dans le Tournoi en 2011 et 2013. Ses deux seules défaites face à elle dans la compétition.

La troisiÚme défaite française date de 1997.

La France n’a plus perdu contre l’Italie depuis le 3 fĂ©vrier 2013 (23-21 Ă  Rome dans le Tournoi). Elle reste sur une sĂ©rie de dix victoires contre elle.

Dans le Tournoi, la Squadra Azzurra reste sur 27 défaites consécutives.

> Les 5 derniùres confrontations entre la France et l’Italie :
– 28/11/2020 Ă  Saint-Denis (Coupe d’automne des nations) : France bat Italie 36 Ă  5
– 09/02/2020 Ă  Saint-Denis (Tournoi) : France bat Italie 35 Ă  22
– 30/08/2019 Ă  Saint-Denis (test-match) : France bat Italie 47 Ă  19
– 16/03/2019 Ă  Rome (Tournoi) : France bat Italie 25 Ă  14
– 23/02/2018 Ă  Marseille (Tournoi) : France bat Italie 34 Ă  17.

 L’adversaire de l’Italie est… elle-mĂȘme 

Le principal adversaire du XV d’Italie sera « elle-mĂȘme », a estimĂ© hier le sĂ©lectionneur des Azzurri Franco Smith. « Ça n’a pas vraiment d’importance contre qui on joue. Si nous voulons continuer notre croissance, on doit d’abord regarder chez nous », a assurĂ© l’entraĂźneur sud-africain. « La semaine prochaine ce sera l’Angleterre. On essaie de progresser, pour le moment nous n’en sommes pas au stade de pouvoir penser aux autres avant nous-mĂȘmes », a-t-il soulignĂ©. 

Huit changements

Franco Smith a effectuĂ© huit changements dans son XV par rapport au dernier dĂ©placement en France et tente quelques paris. Ceux, notamment, de lancer le centre d’origine argentine Ignacio Brex, Ă©ligible au maillot de la Nazionale depuis novembre, et de titulariser en N.15 Jacopo Trulla, 20 ans, pour pallier l’absence de l’arriĂšre des Wasps Matteo Minozzi.

Le capitaine Luca Bigi a pour sa part salué « une équipe de France qui a exprimé un rugby de trÚs haut niveau en 2020, avec des avants trÚs physiques et quelques individualités dans les trois-quarts ».

Lire la suite…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

La question qui fĂąche : la France est-elle favorite du Tournoi ?

Thomas Combezou, trois-quarts centre du Castres Olympique : “Montrer notre vrai visage”