in ,

Vidéos. Mort de Jean-Pierre Bastiat à Dax : “Un exemple de réussite pour les jeunes”

Par Benjamin Ferret et Maxime Klein

De nombreuses personnalités landaises ont côtoyé Jean-Pierre Bastiat durant sa carrière sportive, économique ou politique et témoignent de leurs souvenirs. “Sud Ouest” a également retrouvé le portrait chinois de l’ancien rugbyman, dressé au moment de la campagne municipale de 2014

L’ancien international (63 sélections) du Stade Montois Rugby, Benoît Dauga (78 ans), était touché par le décès de son ancien camarade de l’équipe de France, Jean-Pierre Bastiat, décédé dans la nuit du mardi 2 au mercredi 3 février .

>>> Mort de Jean-Pierre Bastiat à Dax : en images, retour sur la carrière de l’ex-international de rugby

Benoît Dauga : “Il avait énormément de qualités”

Dans une interview parue dans le journal “L’Équipe” en 2018 , Jean-Pierre Bastiat parlait de Benoît Dauga comme celui qui l’avait “éduqué au poste de deuxième ligne avant, pendant et après les matches en me prenant sous son aile quand je suis arrivé en équipe de France (en 1969)”. Ce que n’a pas oublié le Montois.

“Jean-Pierre, je l’ai vu arriver tout jeune en équipe de France. Je l’avais affronté avec Mont-de-Marsan et on avait tout de suite vu qu’il avait énormément de qualités et qu’il allait arriver rapidement en équipe de France. Nous, les anciens, on essayait toujours de bien les intégrer, peut-être que j’en ai fait un peu plus car il venait de chez moi, les Landes. Un jour, alors qu’il évoluait troisième ligne centre – car il aimait prendre les espaces -, il m’a appelé pour me dire qu’il se sentait un peu perdu sur le terrain. Je lui ai dit : “Ne t’inquiète pas, tu vas remonter deux trois matches dans la cage (en deuxième ligne, NDLR) et le jeu va s’éclairer tout seul. Je crois qu’il avait apprécié l’expérience. C’était un grand ami et on continuait de se voir lors des ferias de Mont-de-Marsan ou Dax ou lors des matches de l’équipe de France à Paris.”

Titre
Coéquipiers en équipe de France, Jean-Pierre Bastiat et Benoît Dauga se retrouvaient ensuite lors des derbies Dax – Mont-de-Marsan.

Crédit photo : Archives Pascal Bats / “Sud Ouest”

Benoît Sellier : “Grâce à lui, j’ai pu faire des choses extraordinaires”

Benoît Sellier a été l’associé de Jean-Pierre Bastiat, de 2010 à 2013, au sein du cabinet d’assurance Axa fondé par l’ancien international de rugby de l’US Dax.

“C’est un moment difficile pour tous ceux qui l’ont connu. Mais, soixante et onze ans de vie de Jean-Pierre Bastiat, c’est cent cinquante ans de la vie d’un homme normal. Il faut surtout se rappeler ce qu’il nous a appris : la joie et le goût de la vie. Grâce à lui, j’ai pu faire des choses extraordinaires, dont je me souviendrais toujours. Un soir, il m’avait expliqué que ces moments, il ne fallait jamais oublier qu’ils étaient extraordinaires, tout simplement pour ne pas perdre la notion des choses. Dans les assurances, comme sur un terrain de rugby, il a été un taulier. Avec ses idées qui avaient quarante ans d’avance et son respect des traditions, il a fait avancer l’entreprise, avec une vision juste du commerce : être dans la proximité et aux côtés des clients. Même après avoir pris sa retraite, il n’a jamais vraiment lâché l’affaire. C’est pour cela que nous n’avons jamais voulu enlever l’enseigne à son nom, même pendant la campagne des municipales.”

>>> Mort de Jean-Pierre Bastiat à Dax : “Il était la bonhomie incarnée”

Philippe Jacquemain : “Il est parti de rien du tout et a fait de sa vie une réussite”

Ancien président de la Chambre de commerce et d’industrie des Landes, Philippe Jacquemain appréciait l’expertise et les conseils de Jean-Pierre Bastiat.

“JP, c’était un fédérateur, qui aimait les gens et la vie. Il avait toujours besoin d’organiser des choses, de rassembler. Tout ce qu’il touchait, ça fonctionnait. Alors qu’il n’était parti de rien du tout, il a fait de sa vie une réussite. Il était particulièrement agile, de ses mains autant qu’au niveau de l’esprit. Il aimait sa ville, pour laquelle il avait encore plein de projets. Il nous a marqués et il va nous manquer, dans ces approches, ces réflexions sur l’économie.”

Titre
Jean-Pierre Bastiat et Philippe Jacquemain (en bas à gauche), de fidèles partenaires de l’US Dax rugby.

Crédit photo : Archives Philippe Salvat

Amine Benalia-Brouch : “Il aidait simplement, parce qu’il aimait les gens”

Adjoint aux sports de la Ville de Dax, Amine Benalia-Brouch s’était investi auprès de Jean-Pierre Bastiat lors des élections municipales 2014.

“Pour tous les jeunes Dacquois, Jean-Pierre Bastiat restera comme un exemple de réussite, sportive et professionnelle. Il aura été un capitaine, un meneur, sur les terrains comme en dehors. Avec sa bonhomie, il savait transmettre les valeurs qu’il portait : le travail, le respect des autres, avancer dans la vie. Lorsqu’on avait fait la tournée des quartiers, en 2014, j’avais pu voir combien c’était un grand personnage, pas simplement par la taille. Il discutait avec tout le monde, ne faisait aucune différence entre les uns et les autres, encore moins autour d’une table. C’est aussi un homme qui avait un grand cœur, mais qui ne communiquait pas sur ce qu’il faisait. Quand il aidait, il aidait directement, simplement. Parce qu’il aimait les gens. Chacun a son histoire avec Jean-Pierre. C’était un conteur, il adorait les anecdotes. Mais, je crains qu’il soit parti avant d’avoir tout dit.”

François Lafitte : “Il était capable de mobiliser autour de lui”

Président de la Chambre de commerce et d’économie des Landes, François Lafitte garde de Jean-Pierre Bastiat l’image d’un ambassadeur du Sud-Ouest et de sa culture.

“C’était quelqu’un qui était attaché viscéralement aux traditions du Sud-Ouest. La course landaise, la corrida, la chasse, la gastronomie… J’ai le souvenir de quelqu’un qui se préoccupait particulièrement de la dynamique économique du territoire. Il était capable de rebooster une entreprise en difficulté, mobiliser autour de lui. Ce grand gaillard s’était construit lui-même, il n’était pas né avec une petite cuillère en argent dans la bouche, comme on dit. Si le rugby et l’US Dax lui avaient permis de trouver un métier, il a su adapter à l’entreprise les valeurs qui étaient les siennes dans le sport.” 

Claude Pernin : “Marqué par son humilité, son altruisme”

Repreneur de la Miroiterie landaise, Claude Pernin a pu compter sur l’indéfectible soutien de Jean-Pierre Bastiat pour relancer cette entreprise.

“En 2016, quand il a été question de reprendre la Miroiterie landaise, Jean-Pierre nous a aidés à réunir les investisseurs. C’était un gros challenge, mais il a toujours été là pour nous redonner le moral, faire que tout se passe bien. On s’appelait chaque semaine : c’était un prescripteur, un conseiller, un coach. Je reste marqué par son humilité, son altruisme, sa volonté de faire du bien sans jamais chercher à briller. Son plus grand plaisir, c’était d’ouvrir son carnet d’adresses pour mettre en relation des gens pour qu’ils travaillent ensemble.”  

Quand “Sud Ouest” dressait le portrait chinois de Jean-Pierre Bastiat

Avant les élections municipales de 2014, la rédaction dacquoise de “Sud Ouest” avait réalisé le portrait chinois des candidats, dont celui de Jean-Pierre Bastiat, à retrouver ici. Par exemple : “Quel est votre auteur préféré ?” “La mienne, 1,99 m”, avait souri l’ancien rugbyman.

Lire la suite…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Le Munster à l’arrachée, le Leinster facilement… Voici les résultats du week-end

Villeneuve-sur-Lot. Louis Darini, capitaine du RC Villeneuve XV : “Il faut garder l’espoir”