in

Florian Grill : “Mon message, ce n’était pas une déclaration de guerre”… Le président de la FFR veut mettre fin à la polémique

l’essentiel
Dans une interview accordée à nos confrères de Midi Olympique ce lundi 19 février, le président de la Fédération française de rugby revient sur l’échange d’amabilités avec son opposition la semaine passée.

Après la bataille de lettres ouvertes à laquelle se sont livrés le pouvoir et son opposition la semaine dernière, Florian Grill est revenu sur cet épisode dans les colonnes de Midi Olympique ce lundi. Pour le président de la FFR, sa missive initiale “n’était pas une déclaration de guerre”.

“J’ai simplement voulu, avec un peu d’humour, pointer quelques fausses informations et des mots excessifs qui ont été écrits, justifie-t-il. Le mot de “collabo”, notamment, a été utilisé à l’encontre de personnes de l’ancienne gouvernance et qui sont toujours présentes à mes côtés (Alexandre Martinez, NDLR). Des allusions à “1940” faites dans des publications avec leur photo accolée. ça, c’est trop et il fallait que je le dise, que je défende mes équipes. “

A lire aussi :
Florian Grill : “Les coups bas vous manquent !” La violente lettre ouverte du président de la FFR contre Laporte, Boudjellal, Guirado et Pagès

Au cours de ce long entretien, l’ancien deuxième ligne a également évoqué les remous au sein de son comité directeur (40 membres) au sein duquel “25 personnes travaillent de façon constructive, votent les réformes, partagent leurs avis et veulent redonner au rugby français un climat apaisé” face à “15 irréductibles qui font du bruit”. 

“Si Didier Codorniou veut se présenter, très bien, je n’ai aucun problème avec lui”

Alors que des élections sont programmées à la fin de l’année, Grill, qui attend que la Cour des comptes “confirme (s)on propos” au sujet du “déficit structurel de 40 millions d’euros sur deux ans”, a confirmé que “le temps venu, je serai candidat”. Face à Didier Cordorniou ? “On doit déjeuner ensemble la semaine prochaine (cette semaine, NDLR), avoue le successeur de Bernard Laporte à la tête du rugby français. Je n’ai aucune crainte. Je n’ai que du respect pour Didier Codorniou et le joueur qu’il a été. S’il veut se présenter, très bien, je n’ai aucun problème avec lui.”

A lire aussi :
“Votre condescendance et votre mépris transpirent à chaque mot” : l’opposition répond à Florian Grill, la polémique continue à la fédération française de rugby

Et de poursuivre sur le climat dans lequel pourrait se dérouler cette campagne : “Je n’ai aucune envie d’une campagne violente ou nauséabonde […] Je crois à la démocratie et au débat d’idées. Je ne tomberai pas dans le piège de la bagarre générale. Ce n’est pas ma manière d’être et de faire.”

Lire la suite…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Tournoi des 6 Nations : l’absence d’Antoine Dupont, un regret pour Fabien Galthié ? “C’est faux !” clame Florian Grill, le président de la FFR

XV de France: la liste des joueurs protégés ce week-end en Top 14, sans Taofifenua, Abadie ni Lebel