in

Les suggestions des habitants pour faire revivre la Bastide

En allant Ă  la rencontre des Carcassonnais dans la rue et en leur demandant ce qui pourrait selon eux amĂ©liorer le sort du centre-ville, les commentaires et les idĂ©es vont bon train. La plupart d’entre eux sont d’accord pour dire que la dĂ©sertion du centre-ville a Ă©tĂ© accĂ©lĂ©rĂ©e par deux facteurs : le dĂ©placement du marchĂ© de la place Carnot vers le boulevard Roumens et la prolifĂ©ration des zones commerciales. Marie-Christine, une Carcassonnaise Ă  la retraite, les boycotte : “Je n’y vais que lorsque je suis contrainte et forcĂ©e. C’est-Ă -dire lorsque je dois me rendre dans une boutique de tĂ©lĂ©phonie. C’est simple, il n’y en a plus aucune en centre-ville et c’est bien dommage. Idem pour les pressings, ils ont tous disparu.” Pour elle, faire revenir le marchĂ© en cƓur de Bastide est “une prioritĂ©”.

Pour Mathieu, installĂ© dans la prĂ©fecture audoise depuis deux ans, il faut couper le mal Ă  la racine : “Il faudrait une municipalitĂ© plus jeune. Cela dĂ©terminerait une politique plus dynamique pour sauver le centre-ville”. L’ex-Parisien trouve la ville morte aprĂšs 21 h : “PassĂ© cette heure-ci, il n’y a plus rien d’ouvert. Il faudrait peut-ĂȘtre des bars/bistrots qui proposent des concerts, des improvisations. Ça serait pas mal pour attirer les jeunes”, souffle le retraitĂ©.

“Des loyers trop chers”

Pour Martial, pur produit de Carcassonne, le problĂšme est ailleurs : “Les loyers des locaux commerciaux sont trop chers, c’est pour cela que le centre-ville est dĂ©sertĂ©. Les propriĂ©taires exagĂšrent
 Il vaudrait mieux louer moins cher mais s’assurer des revenus constants plutĂŽt que de ne rien percevoir du tout, je ne comprends pas !” François et ses 85 printemps ont connu le Carcassonne flamboyant et prospĂšre. “À mon Ă©poque, le centre-ville Ă©tait noir de monde ! À mon sens, pour faire revenir les gens en centre-ville, il faudrait que les parkings autour de la Bastide soient gratuits”, estime le retraitĂ©.

Peut-ĂȘtre qu’en mĂ©langeant un peu de toutes ces idĂ©es, le centre-ville de Carcassonne reprendrait des couleurs. À bon entendeur


De nouvelles enseignes à l’assaut du centre-ville

C’est un fait. Le commerce du centre-ville meurt Ă  petit feu. En atteste la rue Georges-ClĂ©menceau et sa trentaine de boutiques dĂ©finitivement fermĂ© leurs portes. Seulement, tout n’est pas noir. Dans une moindre mesure, la valse des commerces est toujours de mise. À commencer par la place Carnot. Il y a quelques jours, le coffee shop “Colombus CafĂ© & co” – le second Ă  Carcassonne, le premier se trouvant dans la zone du Pont Rouge – ouvrait ses portes en lieu et place de l’ancienne SociĂ©tĂ© gĂ©nĂ©rale qui avait fermĂ© ses portes il y a bientĂŽt dix ans. Ce n’est pas tout sur la place. À la fin du mois d’avril, un nouveau concept posera ses valises en plein cƓur de ville : le cafĂ©-restaurant Le Bistro Vibes. Un concept alliant gastronomie française et polynĂ©sienne.

À quelques encablures de lĂ , rue Courtejaire, un autre bĂątiment historique de la prĂ©fecture audoise est sur le point de reprendre vie : l’ancienne imprimerie RoudiĂšre devenue Eurodif puis Bouchara. L’enseigne danoise Normal doit s’y installer au mois de septembre 2024. Il s’agit d’une chaĂźne spĂ©cialisĂ©e dans l’hygiĂšne, la beautĂ© et la confiserie Ă  bas prix.

Rue de Verdun, la boutique de prĂȘt-Ă -porter pour femmes “Lola” a Ă©galement ouvert ses portes au n° 38 de la rue de Verdun, venant remplacer un marchand de chaussures qui avait pliĂ© boutique quelques mois plus tĂŽt.

Ce n’est pas tout pour ce qui est de la Bastide Saint-Louis. Le local situĂ© en dessous de salle de musculation “New Gym” (boulevard Omer-Sarraut) pourrait prochainement se transformer en supermarchĂ© de proximitĂ©. La piste d’un “Carrefour Market” serait Ă  l’étude.

Et enfin, en pĂ©riphĂ©rie de Bastide, l’ancien hĂŽtel de Paris inoccupĂ© pendant plusieurs annĂ©es pourrait prochainement se transformer partiellement en deux commerces. Les Ă©tages seraient transformĂ©s en logement. Quant au rez-de-chaussĂ©e, il pourrait ĂȘtre transformĂ© en une Ă©picerie et un salon de coiffure.

Lire la suite…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

“Les discussions ont commencĂ©” pour mĂ©nager les internationaux: Didier Lacroix Ă©voque des baisses de salaires

Tournoi des VI Nations fĂ©minin: pourquoi cette “finale” France-Angleterre est un Ă©vĂšnement