in

Stade Toulousain : “Toi, t’es sérieux ! On s’était détendus…” Quand Dorian Aldegheri provoque un fou rire en conférence de presse

l’essentiel
Présent face aux médias ce jeudi 28 mars, le pilier droit international (30 ans ; 19 sél.) a évoqué son retour en club après un Tournoi délicat, la reprise imminente de Romain Ntamack mais également Pau, adversaire des “rouge et noir” samedi à Ernest-Wallon à l’occasion de la 20e journée de Top 14 (21h05). Ce qui a provoqué un moment aussi appréciable que rare en conférence de presse, un exercice souvent ennuyeux.

Dans quel état d’esprit êtes-vous depuis la fin du Tournoi ?

Cela fait du bien de rentrer à la maison et d’avoir vu que l’équipe tournait bien pendant les doublons. Nous suivions de près l’évolution. Et d’un point de vue personnel, j’avais besoin de me recentrer sur moi-même, de travailler, de me remettre en question vis-à-vis du début de Tournoi (remplaçant lors des trois premiers matchs, il était suppléant lors des deux derniers, NDLR). Il y a des moments où l’on est en haut, d’autres en bas et cela fait aussi du bien d’être en bas pour savoir où l’on en est afin de pouvoir rebondir.

Et là, où en êtes-vous ?

Cela ne fait qu’un match (rires). Je n’aime pas juger. J’étais remplaçant à Bordeaux, on verra par la suite.

A lire aussi :
Retour de Romain Ntamack : “Tu vas jouer 3e ligne aile bientôt !”, “Il s’est épaissi”, les Toulousains ravis avant la réception de Pau

Comment avez-vous vécu la blessure de Nepo Laulala et l’éclosion de Joel Merkler ?

La blessure de Nepo (rupture du tendon d’Achille, NDLR), c’est embêtant pour lui car c’est un coéquipier et un bon mec. Cela a profité aux jeunes comme “Jojo” et cela fait plaisir de voir qu’ils s’envoient et performent sur le terrain. Sans oublier Pau Mallez, qui est revenu d’Aix-en-Provence pendant les doublons et qui a fait le boulot aussi.

Comment expliquez-vous les moments compliqués dont vous parlez ?

C’est la vie d’un sportif. Des fois tu as des hauts, des fois des bas. Écoutez, le plus important, c’est de savoir où l’on en est en tant que joueur, ne pas se voiler la face, se dire les choses, que ça ne va pas et qu’il faut se remettre à bosser, quel que soit son âge, car ce n’est jamais gagné ni acquis.

A lire aussi :
Top 14 : “il me rappelle Toto Dupont…” Christophe Urios a trouvé le successeur du joueur star du Stade Toulousain et du XV de France

Quel goût vous a laissé le match perdu de peu à Bordeaux (28-31) ?

Déjà, il y avait une super ambiance dans le stade. Même si le résultat est frustrant, c’était un match plaisant à jouer. Nous avons pris du plaisir même si cela ne nous sourit pas. Nous avons bossé les points qui n’allaient pas en début de semaine et allons essayer de les gommer contre Pau.

Quand on voit ce que vous avez été capables de produire en seconde période, cela pousse-t-il à l’optimisme pour la suite ?

Bien sûr mais il ne faut pas s’en satisfaire, nous avons quand même perdu et c’est chiant.

A lire aussi :
VIDEO. Rugby : “On a envie de construire les petits Dupont, Marchand, Ntamack de demain…” Le Stade Toulousain a enflammé le stade de Lavelanet

Un mot sur Romain Ntamack dont le retour se profile face à Pau samedi ?

Il va revenir à domicile contre la Section, c’est un joueur du club donc évidemment que cela fait plaisir de le voir refouler la pelouse. Enfin, d’être aligné pour l’instant, je suis superstitieux, je touche du bois (il se touche la tête et la table devant lui, NDLR). Quand il est s’était blessé, il nous avait invité chez lui, on avait bu un petit jus ensemble pour se resserrer, être auprès de lui, c’était sympa. Après 7 mois et demi, le revoir sur le pré, je suis super content pour lui et j’espère que cela se passera bien.

Comment le trouvez-vous ?

Très bon (rires) !

A lire aussi :
“Le plaquage, c’est mon geste préféré” confie Joël Merkler, le pilier droit du Stade Toulousain dont la carrière avance à grandes enjambées

Et physiquement ?

Il est costaud, solide, il a bien bossé, cela se voit. Je lui ai dit : “Tu vas jouer 3L (3e ligne aile, NDLR) bientôt !” C’est un bosseur, il sait ce qu’il veut, il est très pro. C’est bizarre parce qu’il est plus jeune que moi mais c’est un exemple. Quand tu vois des joueurs comme ça, tu te dis que le mec est professionnel, bosse, c’est un plaisir.

C’est une bonne recrue pour vous, non ?

Je vous dis, je suis superstitieux, on ne va pas trop en parler. Je touche du bois (il retouche sa tête et la table devant lui, NDLR).

A lire aussi :
ENTRETIEN. Stade Toulousain : “Je n’aurais jamais imaginé tout ça”… Thibaud Flament se remémore son arrivée à Toulouse

Pour finir, que pouvez-vous nous dire de Pau, votre adversaire ce week-end ?

Toi, t’es sérieux, toi ! On s’était détendus, là tu me remets dans le truc ! Ben écoute, comme d’hab’, nous avons analysé l’équipe adverse. Pour avoir vécu le match aller, c’est quand même une équipe qui se déplace beaucoup. Sur le plan physique, les Palois sont très costauds en défense et ont tendance à remettre les autres équipes en question donc nous avons travaillé en fonction.

Lire la suite…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

MHR 10-12 Stade Français: “Jouer le titre tous les ans”, leader avec Paris, coach Labit ambitieux

France-Angleterre : pourquoi Antoine Dupont était en tribunes ? Pourquoi les Anglais ont ciblé Meafou ? Questions et curiosités autour du Crunch